Législatives à Marseille : Patrick Mennucci n'a "pas pour l'instant à donner de consignes de vote"

Eliminé dès le premier tour des élections législatives à Marseille, le socialiste Patrick Mennucci refuse, pour l'instant, de donner une consigne de vote pour le second tour, malgré l'appel de Jean-Luc Mélenchon.

Patrick Mennucci devant la presse à Marseille, 11 juin 2017.
Patrick Mennucci devant la presse à Marseille, 11 juin 2017. (BORIS HORVAT / AFP)

Après son élimination dès le premier tour des élections législatives à Marseille, Patrick Mennucci, député PS sortant de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, refuse pour l'instant de donner une consigne de vote. Jean-Luc Mélenchon (France insoumise), qui s'est qualifié et qui sera opposé au second tour à Corinne Versini (LREM) a, lui, appelé les électeurs de Patrick Mennucci à voter pour lui.

"Jean-Luc Mélenchon est très aimable, je le remercie, mais en même temps les choses ne sont pas si simples. Si le Parti socialiste en est là, c'est parce que justement son électorat est divisé", a réagi, sur franceinfo lundi 12 juin, Patrick Mennucci.

>> Législatives : résultats définitifs, analyses, réactions... Suivez notre direct 

Certains ont choisi d'aller vers le président de la République, d'autre vers la France insoumise, donc ce qui reste, ce sont des électeurs qui sont vraiment attachés au travail que j'avais réalisé. Je n'ai pas pour l'instant à donner de consignes de vote.Patrick Mennuccià franceinfo

Lundi, Patrick Mennucci devait envoyer un mail à tous les militants socialistes et à tous ceux qui ont fait sa campagne pour connaître leur position. "Nous aurons une réunion mardi et à ce moment-là je communiquerai le résultat de notre délibération", a-t-il précisé.

Patrick Mennucci ne veut pas entendre parler de rassemblement de la gauche. "J'ai essayé de rassembler la gauche et je n'y suis pas arrivé. Le problème n'est pas tant de remplacer le Parti socialiste, mais sur quelle ligne, a-t-il expliqué. S'il s'agit de remplacer le Parti socialiste pour faire un parti de gouvernement qui soit fidèle aux orientations de la gauche et qui, en même temps, veuille gouverner, pourquoi pas. S'il s'agit de remplacer le Parti socialiste pour faire Nuit debout, ce n'est pas ma position."

Patrick Mennucci ne veut pas se prononcer sur son avenir, mais se dit prêt à "contribuer" à reconstruire le PS. "Les gens comme moi, qui ont une certaine expérience, peuvent être utiles à la reconstruction d'une force sociale-démocrate. En même temps, il faut qu'on soit capable de laisser les nouvelles générations prendre les responsabilités, a-t-il estimé. Je ferai tout avec altruisme, pour essayer de reconstruire la famille politique à laquelle j'appartiens depuis 40 ans."