Carvounas, Faure, Le Foll et Maurel : qui sont les quatre candidats à la tête du PS ?

Quatre hommes vont s'affronter dans l'espoir de prendre, fin mars, la tête du Parti socialiste.

Les candidats au poste de premier secrétaire du Parti socialiste : Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll et Emmanuel Maurel.
Les candidats au poste de premier secrétaire du Parti socialiste : Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll et Emmanuel Maurel. (MAXPPP)

Ils seront finalement quatre. Quatre hommes, qui s'affronteront jusqu'à la fin mars, dans l'espoir de prendre la tête du Parti socialiste. La commission nationale chargée d'organiser le congrès du parti a en effet validé, samedi 27 janvier, les motions de Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll et Emmanuel Maurel.

Faute de parrainages suffisants, les candidatures de Delphine Batho et Myriam Petit ont en revanche été écartées. Franceinfo vous résume ce qu'il faut savoir des quatre prétendants au poste de premier secrétaire du PS.

Luc Carvounas

Le député du Val-de-Marne, Luc Carvounas, le 21 novembre 2016 à Alfortville (Val-de-Marne).
Le député du Val-de-Marne, Luc Carvounas, le 21 novembre 2016 à Alfortville (Val-de-Marne). (THOMAS SAMSON / AFP)

Qui est-il ? Le député PS du Val-de-Marne, âgé de 46 ans, est un ancien lieutenant de Manuel Valls, et a été son directeur de campagne pendant les primaires socialistes en 2017. Mais il a coupé les ponts avec son ancien mentor pendant la présidentielle, lorsque Manuel Valls a appelé à voter pour Emmanuel Macron, rappelle Libération. Aujourd'hui, "je suis dans l'opposition, point, sans chercher d'adjectif", explique-t-il au journal.

Pourquoi il y va ? "Aujourd'hui, je veux rassembler tout le monde dans la même maison", a-t-il expliqué, alors que le PS est en proie à des divisions. Il souhaite redynamiser son parti en formant des alliances réunissant les communistes, les proches de Hamon et les écolos pour "une gauche arc-en-ciel" aux futures élections.

Quelles sont ses chances ? Luc Carvounas est peu connu du grand public, soulignent Les Echos. Mais il a un solide réseau interne au PS, rappelle le JDD, après avoir occupé le poste de secrétaire national en charge des relations avec le Parlement. Mais "Valls va rester un stigmate pour lui", décrypte le politologue Rémi Lefebvre.

Olivier Faure

Olivier Faure, président du groupe Nouvelle gauche, s\'adresse aux journalistes à l\'Assemblée nationale, le 28 juin 2017.
Olivier Faure, président du groupe Nouvelle gauche, s'adresse aux journalistes à l'Assemblée nationale, le 28 juin 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Qui est-il ? Olivier Faure, 49 ans, est le président du groupe Nouvelle gauche à l'Assemblée nationale. Il est un ancien collaborateur de François Hollande au PS, et un ancien conseiller de Martine Aubry et de Jean-Marc Ayrault.

Pourquoi il y va ? "J'ai envie de conduire la renaissance des socialistes, a déclaré Olivier Faure dans un entretien au Monde. J'ai le sentiment d'être celui qui, président de groupe à l'Assemblée depuis un an, fait la démonstration qu'il pouvait rassembler et mettre au travail des gens très différents."

Quelles sont ses chances ? Pour beaucoup de responsables du PS, Olivier Faure est aujourd'hui celui qui peut le mieux prétendre à rassembler les siens, même s'il a lui aussi longtemps collaboré avec François Hollande. Il a d'ores et déjà reçu le soutien de Martine Aubry. Il incarne "le cœur du parti, une candidature médiane entre les frondeurs et la majorité du parti", analyse Rémi Lefebvre. Selon le politologue, "il défend moins de manière pavlovienne le bilan de Hollande que Le Foll, et il connaît bien l’appareil du parti". Mais il jouit d'une moindre notoriété.

Stéphane Le Foll

Le député de la Sarthe Stéphane Le Foll lors de son arrivée au conseil national du PS, le 30 septembre 2017.
Le député de la Sarthe Stéphane Le Foll lors de son arrivée au conseil national du PS, le 30 septembre 2017. (ERIC FEFERBERG / AFP)

C'est qui ? Agé de 57 ans, Stéphane Le Foll a servi comme ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement pendant le quinquennat de François Hollande. Il est actuellement député de la Sarthe. Considéré comme "Macron-compatible" par certains, il n'a pas eu à affronter de candidat LREM lors des législatives, mais se revendique aujourd'hui "dans l'opposition" au chef de l'Etat, et rappelle dans Le Maine libre qu'il a voté "contre le budget".

Pourquoi il y va ? "J'ai décidé de relever le défi, ou plutôt les défis qui sont face à nous, en présentant un projet devant les militants, déclare Stéphane Le Foll au Maine libre. Il réclame que le PS " soit plus ouvert, que la parole des militants soit plus souvent sollicitée" : "Il faut rassembler au sein du parti et ensuite au sein d'une fédération de la gauche, des écologistes de gouvernement."

Quelles sont ses chances ? Stéphane Le Foll est le candidat qui peut se targuer de la plus grande notoriété, mais son passé de proche "hollandais" pourrait le desservir. Il est "très apprécié par un certain nombre d’élus locaux et a des soutiens très organisés", note Rémi Lefebvre. Mais Le Foll est loin de faire l'unanimité. "A mon avis, il représente trop le quinquennat précédent", analyse le politologue Gérard Grunberg."Il ne peut pas incarner le renouveau du PS, abonde un ancien député cité par l'AFP. Il a été dix ans le directeur de cabinet de François Hollande, il défend sans discernement le quinquennat, je ne pense pas qu'aujourd'hui il puisse incarner ce à quoi aspire les militants du PS."

Emmanuel Maurel

Le député européen Emmanuel Maurel arrive à un conseil national du PS, le 24 juin 2017.
Le député européen Emmanuel Maurel arrive à un conseil national du PS, le 24 juin 2017. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

Qui est-il ? Le député européen Emmanuel Maurel, 44 ans, est un représentant de l'aile gauche du PS. Il a soutenu Arnaud Montebourg aux primaires socialistes de 2017 avant de rallier Benoît Hamon. Professeur à Sciences Po Paris, titulaire d'une maîtrise de lettres et amateur de poésie, il est décrit comme le "dernier intellectuel du PS" par l'eurodéputée Isabelle Thomas, rapporte le Point.

Pourquoi il y va ? Emmanuel Maurel veut "faire en sorte que le Parti socialiste redevienne un acteur central à gauche", a-t-il déclaré au Point. "Ce que je veux, c'est que le PS redevienne de gauche, explique-t-il. Les gens parlent de l'aile gauche comme si nous étions condamnés à la marginalité. S'ils comptent sur moi pour faire le gentil garçon de l'aile gauche, qui est là pour témoigner mais jamais pour diriger, ils seront déçus parce que ce n'est pas du tout mon projet."

Quelles sont ses chances ? Emmanuel Maurel a été l'attaché parlementaire de Jean-Luc Mélenchon dans les années 1990, et il se targue aujourd'hui d'avoir maintenu ce lien avec le leader de La France insoumise. "ll est sur une vision très, très à gauche", insiste Gérard Grunberg. Trop pour rassembler ? "Emmanuel Maurel n'a pas de souci de cohérence politique, c'est un frondeur. La problématique va être de parvenir à réunir tous les frondeurs derrière lui, et rassembler au-delà des frondeurs", explique Rémi Lefebvre. Il avait déjà tenté sa chance pour la direction du parti il y a cinq ans, lors du congrès de Toulouse : sa motion Maintenant la gauche avait obtenu 13% des suffrages.