Mort de Jacques Delors : il "laisse un héritage politique immense", salue le socialiste Olivier Faure

L'ancien président de la Commission européenne et figure de la gauche française, Jacques Delors, est mort mercredi à 98 ans.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (NICOLAS ASFOURI / AFP)

Jacques Delors "laisse un héritage politique immense", salue le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure mercredi 27 décembre sur franceinfo après l'annonce de la mort de l'ancien ministre de François Mitterrand et président de la Commission européenne à l'âge de 98 ans.

"Il a été de ceux qui ont à la fois permis à la gauche d'accéder au pouvoir, qui lui ont permis de trouver son équilibre au pouvoir, et puis il a été cet immense président de la Commission européenne. L'Europe contemporaine lui doit beaucoup", déclare Olivier Faure.

Favori des sondages, Jacques Delors avait renoncé à se présenter à l'élection présidentielle de 1995. "Je ne veux pas refaire l'histoire, a réagi Olivier Faure. Il était un homme de conviction et il voulait d'abord porter ses convictions, avant d'être un homme de pouvoir. Je crois que ça l'a fait aussi renoncer à ce qu'il pensait être une épreuve inutile." Jacques Delors a laissé au Parti socialiste des "convictions européennes inaliénables", estime l'actuel patron du PS.

"C'était l'enfant du siècle passé. Il avait 98 ans, donc il en a tout connu, les vicissitudes, les drames. Et il avait en tête le fait de permettre aux jeunes Européens de vivre dans un territoire qui sont un territoire prospère, en paix."

Olivier Faure, premier secrétaire du PS

à franceinfo

"Pour lui, cette architecture particulièrement singulière dans le monde, cette Europe à laquelle personne ne croyait au départ a été certainement l'événement politique le plus extraordinaire du siècle passé", a poursuivi Olivier Faure. 

"Une grande figure de l’arrivée de la gauche au pouvoir et un grand architecte de la construction européenne nous quitte ce soir", salue sur X l'ancien ministre socialiste Patrick Kanner et sénateur du Nord. "Respect infini", ajoute le président du groupe socialiste, écologiste et républicain au Sénat qui adresse ses "chaleureuses pensées pour Martine Aubry".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.