Cet article date de plus de cinq ans.

Jack Lang : "Avec François Mitterrand, nous pouvions changer les choses"

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Jack Lang : "Avec François Mitterrand, nous pouvions changer les choses"
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

L'ancien ministre de la Culture se confie sur François Mitterrand, 20 ans après sa disparition. Jack Lang se souvient de l'ancien président de la République et s'exprime sur ce qu'il a laissé à la France.

Pendant longtemps, Jack Lang a œuvré aux côtés de François Mitterrand, disparu le 8 janvier 1996. 20 ans après, il est l'invité du Soir 3. "J'ai vécu avec lui deux septennats de bonheur. Pourquoi ? Parce qu'avec François Mitterrand, nous pouvions changer les choses. J'avais de sa part une confiance, les moyens aussi", déclare-t-il. "C'était passionnant, enivrant", ajoute-t-il en se remémorant ses années au ministère de la Culture.

Pour le président de l'Institut du monde arabe, être mitterrandiste signifie qu'"avec la volonté de quelques-uns, on peut tout changer". Cela veut aussi dire "être habité par une vision, un idéal". Le mitterrandisme existe-t-il encore ? "Dans la vie publique, plus ou moins", concède Jack Lang.

Hollande s'inspire de Mitterrand

Il y a cinq ans, les Français retenaient en premier lieu de Mitterrand l'abolition de la peine de mort. Aujourd'hui, ils citent d'abord les 39 heures et la cinquième semaine de congés payés, comme si les préoccupations sociales reprenaient le dessus. Peut-on y voir un message au gouvernement actuel ? "Le message est permanent, il est normal que les Français souhaitent à la fois des progrès économiques et des progrès sociaux", estime celui qui fut aussi ministre de l’Education nationale. La mémoire du premier président socialiste de la Ve République ne s'est pas envolée. D'ailleurs, François Hollande "tire les meilleurs enseignements des échecs et des réussites de François Mitterrand", conclut Jack Lang.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.