Corse : "Je ne crois pas" que l'amnistie d'Yvan Colonna "soit souhaitable", juge Boris Vallaud

Le député socialiste des Landes n'est pas favorable à "l'amnistie de tous les prisonniers et recherchés", souhaitée lundi par Jean-Guy Talamoni, co-leader de la coalition nationaliste arrivée en tête des élections territoriales en Corse dimanche.

RADIO FRANCE
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Boris Vallaud, député socialiste des Landes et porte-parole du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée nationale, n'est pas favorable à "l'amnistie de prisonniers" réclamée par Jean-Guy Talamoni, co-leader de la liste de la coalition nationaliste, arrivée en tête des élections territoriales en Corse dimanche.

Jean-Guy Talamoni a déclaré sur franceinfo, après le premier tour, que "les Corses veulent tourner la page de 40 ans de conflits". "Bien entendu, l'amnistie s'impose pour ce faire", a-t-il poursuivi. Yvan Colonna, condamné pour l'assassinat du préfet Claude Érignac en 1998, est-il sur la liste ? "L'amnistie concerne évidemment tous les prisonniers et les recherchés", a répondu Jean-Guy Talamoni. "Il peut la souhaiter mais moi je ne crois pas qu'elle soit souhaitable" a réagi ce lundi sur franceinfo Boris Vallaud, député des Landes et porte-parole du groupe Nouvelle Gauche. Selon le député, la page de la violence en Corse se tournera "avec la fin des exécutions des peines de ceux qui ont été condamnés".

On ne peut pas avoir une justice à géométrie variable.

Boris Vallaud, député PS des Landes

à franceinfo

"Il y a dans la République des règles de droit, il y a une justice qui est indépendante. Au-delà de ça, si je dois donner mon sentiment sur le droit de grâce du président de la République, cela me parait aujourd'hui un anachronisme, a ajouté Boris Vallaud. Il y a une nouvelle classe politique autonomiste et indépendantiste qui fait le choix de respecter les règles de la démocratie et du suffrage avec un certain succès. Cela ne doit pas remettre en cause ou diminuer la gravité d'un certain nombre d'actes qui ne respectaient pas les règles du droit."

Boris Vallaud, député des Landes et porte-parole du groupe Nouvelle Gauche.
Boris Vallaud, député des Landes et porte-parole du groupe Nouvelle Gauche. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)