Le PS veut jouer la carte de l'unité à Poitiers

À l'occasion du 77e congrès du Parti socialiste, le Premier ministre a pris la parole ce samedi 6 juin, dans un contexte de rassemblement qui ne cache pas les désaccords internes.

France 2

Des socialistes sereins, rassemblés, et en accord avec la politique du gouvernement, c'est l'image que les militants veulent donner pour ce 77e congrès du Parti socialiste. Réunis à Poitiers ce premier week-end de juin, les ténors du parti ne veulent pas non plus jeter de l'huile sur le feu, à l'image de Martine Aubry qui a simplement déclaré : "Chez nous, c'est l'unité".

Les frondeurs tiennent bon

Mais les dissensions internes sont bien visibles, car les frondeurs veulent continuer la contestation. "Un congrès socialiste, ce n'est pas un sacre", estime ainsi le député Christian Paul, en précisant qu'on "n'a pas donné un chèque en blanc à Manuel Valls". Le Premier ministre s'est justement exprimé ce samedi midi, jouant la carte du rassemblement derrière le président de la République. Un moment de calme, avant le retour des débats à l’Assemblée sur la loi Macron lundi 8 juin.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, au congrès du parti, à Poitiers (Vienne), le 5 juin 2015.
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, au congrès du parti, à Poitiers (Vienne), le 5 juin 2015. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)