Congrès du Parti socialiste : le PS "sort d’une très lourde crise" mais "une campagne présidentielle est un formidable élément de rebond", estime Patrick Kanner

Le président du groupe socialiste, écologique et républicain au Sénat encourage le PS à faire sa mue pour compter davantage dans le paysage politique français.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Patrick Kanner, président du groupe socialiste, écologiste et républicain au Sénat, le 6 septembre 2021. (PASCAL GUYOT / AFP)

Le Parti socialiste tient son 79ème congrès samedi et dimanche à Villeurbanne, près de Lyon. Les deux objectifs principaux sont d’entériner la reconduction à sa tête du Premier secrétaire, Olivier Faure, et d’arrêter son projet pour 2022. Patrick Kanner, président du groupe socialiste, écologiste et républicain au Sénat, estime sur franceinfo samedi 18 septembre que le PS "sort d’une très lourde crise, presque une crise existentielle", mais croit en un "rebond" et une "remobilisation" à l’approche de l’élection présidentielle, même si, pour le moment, il ne sait pas si la maire de Paris, Anne Hidalgo, candidate, défendra les couleurs du PS. Des ténors disent aussi que la ligne du parti n'est pas la bonne, comme le maire du Mans Stéphane Le Foll ou le maire de Dijon François Rebsamen. Pour eux, le parti se rétrécit, devient sectaire.

franceinfo: Votre parti est en ordre de marche pour 2022 ou en crise ?

Patrick Kanner : Aujourd'hui, le Parti socialiste sort d'une très lourde crise, presque une crise existentielle. Quand on est  6% à la présidentielle, en 2017, deux ans plus tard, 6% aux européennes, c’est vrai que certains pouvaient s'interroger sur notre disparition pure et simple du paysage politique français. Ils sont déçus, ou rassurés, suivant leurs opinions personnelles vis à vis de ce que nous représentons. François Rebsamen s’est exprimé récemment dans la presse en parlant de 'parti sectaire'. Quand on parle de sectes, en général, on parle d’une organisation où l'on rentre facilement et dont on a beaucoup de mal à sortir. Malheureusement, ces dernières années, beaucoup de socialistes sont sortis du PS. C'est une alerte. Et il faut savoir en tenir compte.

Vous dites que le Parti socialiste est en train de sortir de la crise, mais il n’y a eu que 22 000 votants pour désigner le premier secrétaire cette semaine. D'après Stéphane Le Foll, c'est au contraire le signe que le parti n'est pas en bonne santé. Qu’en pensez-vous ?

C'est insuffisant, bien sûr. Vous savez, moi, je suis un vieux de la vieille.

"J'ai connu un parti à 120 000 adhérents. Aujourd'hui, on doit être à 45 000, 50 000 adhérents. Un adhérent sur deux a voté, c’est insuffisant. Donc, on voit bien qu'il y a encore des efforts à faire."

Patrick Kanner

à franceinfo

Je me dis simplement, de manière très pragmatique, qu'une campagne présidentielle est un formidable élément de rebond et de remobilisation. J'ai plein d'espoir et j'espère que ce congrès de Villeurbanne sera un bon congrès, même si je suis intimement convaincu que le parti d'Épinay, qui a 50 ans, doit aujourd'hui faire sa mue, pour ne pas dire se transformer, comme il y a cinquante ans, la SFIO avait pu le faire pour devenir le Parti socialiste. C’est un combat qu'il faudra mener.

Olivier Faure soutient la candidature d'Anne Hidalgo à l’élection présidentielle. Est-ce désormais sûr que c’est la maire de Paris qui défendra les couleurs du Parti socialiste à la présidentielle ?

Pour l’instant, on n’en sait rien. Il y a encore une étape à franchir, et effectivement elle le sollicite, c’est le soutien des militants socialistes. Elle est socialiste. Elle n'a jamais caché son drapeau, même si elle n'a jamais été une femme d'appareil. Elle considère que sa famille est essentielle. Mais nous savons bien que ce n'est pas que par sa famille qu'elle pourra prétendre à challenger les deux qui sont en tête aujourd’hui, à savoir Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.