Présidentielle 2022 : avec la candidature d'Anne Hidalgo, au PS, "franchement, la messe est dite", assure Jean-Marie Le Guen

Depuis Rouen, la maire de Paris Anne Hidalgo a officialisé dimanche sa candidature à la présidentielle. "Elle a une personnalité qui peut dépasser le simple fait d'être une Parisienne", estime l'ancien secrétaire d'État.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jean-Marie Le Guen, ancien secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement et ancien député PS. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)

"À part Anne Hidalgo, je ne vois pas qui est capable de représenter ce courant politique. Le reste, ce sont des petites bagarres d'arrière-garde qui n'ont pas grand sens", a affirmé dimanche 12 septembre sur franceinfo Jean-Marie Le Guen, ancien secrétaire d’État aux relations avec le Parlement et ancien député PS, après la déclaration de candidature à l'Elysée d'Anne Hidalgo. "C'est une femme de conviction" et "elle a une personnalité qui peut dépasser le simple fait d'être une Parisienne".

franceinfo : Quel est votre sentiment sur la déclaration de candidature d'Anne Hidalgo à l'élection présidentielle ?

Jean-Marie Le Guen : C'est le premier acte depuis maintenant quatre ans de renaissance de ce courant politique qui avait intériorisé l'effacement. Ce courant avait même abandonné l'idée d'avoir une candidature personnelle. Le succès aux élections municipales d'Anne Hidalgo et d'autres maires de grandes villes ainsi que la bonne tenue des candidats socialistes aux élections régionales, je crois que tout ça a fait que l'idée d'un candidat de la gauche républicaine prenne du sens. Anne Hidalgo avec ses convictions s'est convaincue qu'il fallait relever le gant et que la renaissance d'un courant politique se fait devant les Français.

Faut-il une primaire au PS comme le souhaite Olivier Faure ?

Non je pense que, franchement, la messe est dite. À part Anne Hidalgo, je ne vois pas qui est capable de représenter ce courant politique. Le reste, ce sont des petites bagarres d'arrière-garde qui n'ont pas grand sens. La procédure des primaires, on a vu ce que ça a donné en 2017, c'est-à-dire l'effondrement du Parti socialiste. Évitons ce genre de procédure. C'est une difficulté qu'Anne Hidalgo surmontera avec succès très rapidement.

Pour certains, Anne Hidalgo n'est que la maire de Paris. Ce sera compliqué pour elle pour endosser le costume de candidate ?

C'est une femme de conviction. Elle a cité Jaurès, Mendès-France. Elle va renouer ce qu'est la gauche républicaine avec le courant socialiste dans ce qu'il d'authentique dans ce pays. C'est une histoire qu'il ne faut pas renier. Elle a la qualité d'être maire de Paris, de savoir gérer, de discuter d'égal à égal avec des hauts représentants de l'Etat, et donc une capacité de gestion qui est certaine. Elle a une personnalité qui peut dépasser le simple fait d'être une Parisienne. Il faut retrouver le courant majoritaire de cette gauche responsable, socialiste, de cette gauche réformiste, social-démocrate. C'est une reconstruction, ce ne sera pas le même schéma qu'au congrès d'Epinay en 1971.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.