PS : les frondeurs pourront peser sur les débats

La motion de Jean-Christophe Cambadélis est arrivée en tête. Mais celle des frondeurs a récolté presque un tiers des voix. C'est une satisfaction pour eux, qui espèrent influer davantage sur la ligne du parti.

(PS : les frondeurs pourront peser sur les débats © MaxPPP)

La motion B, celle des "frondeurs", est arrivée en seconde position et récolte autour de 30% des suffrages. Les militants PS étaient appelés jeudi à choisir la ligne politique de leur parti pour les prochaines années. Si la motion de Jean-Christophe Cambadélis (motion A) est arrivée en tête (avec le soutien à la fois de Manuel Valls et de Martine Aubry), les frondeurs ont obtenu un score qui leur permettra de peser sur les débats au prochain Congrès de Poitiers, et dans les instances dirigeantes du PS.

A LIRE AUSSI ►►► PS : les militants doivent choisir leur ligne avant le Congrès

Face à une motion qui "ratissait large" , Benoît Hamon, l'une des figures des frondeurs, est satisfait du score de sa liste : "Il y a aujourd'hui incontestablement une majorité de socialistes qui veulent une réorientation des politiques économiques mises en œuvre."

"Sur nos idées, nous sommes majoritaires" Benoît Hamon, député frondeur
--'--
--'--

"Les exigences de réorientation que nous avons défendues depuis des mois seront très présentes à l'avenir dans le parti socialiste. La bataille des idées est en bonne voie" (Christian Paul, député porteur de la liste des frondeurs)

Pour Christian Paul, député porteur de la liste des frondeurs, les "dissidents" ont désormais un vrai droit à la parole dans "un parti socialiste respecté par le gouvernement, un parti socialiste qui respecte ses engagements, plus ouvert, plus démocratique" .

"Les exigences que nous avons portées seront présentes à l'avenir au PS" Christian Paul, porteur de la motion des frondeurs
--'--
--'--

De même François Kalfon, également frondeur, se dit "enthousiaste" face au score obtenu. "La question de la réorientation du Pacte de responsabilité, la question de la réforme fiscale redistributive sont en train de s'imposer" et pèseront sur les débats en juin, lors du Congrès de Poitiers. Elle est là, la victoire, pour les frondeurs.

"Nous ne sommes pas dans la déception, bien au contraire" François Kalfon, frondeur du PS
--'--
--'--