Stratégie sécuritaire de Macron : "Cette question de l'insécurité est aujourd'hui à l'agenda de l'opinion publique", assure un politologue

Certes il y a la crise du Covid-19 qui cristallise l'attention. Mais l'insécurité et la délinquance restent parmi les sujets prioritaires des Français, analyse Jérôme Fourquet, directeur du département "Opinion" à l’institut de sondages IFOP.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le politologue Jérôme Fourquet, le 28 mars 2019. (MARTIN BUREAU / AFP)

Même si l'actualité de la crise sanitaire occupe la grande partie du champ médiatique, Jérôme Fourquet, politologue, directeur du département "Opinion" à l’institut de sondages IFOP (Institut Français d’Opinion Publique), affirme lundi 19 avril sur franceinfo, que le sujet de la délinquance revient sur le devant de la scène.

>> Insécurité : Emmanuel Macron veut créer une "école de guerre avec de la formation continue"

"Un certain nombre de faits divers entretiennent le sentiment d'insécurité dans toute une partie de la population française", explique-t-il.

"On a des scènes à répétition, d'émeutes, d'attaques au mortier de patrouilles de police ou de commissariat."

Jérôme Fourquet, politologue

à franceinfo

"70 % des Français considèrent que la délinquance a beaucoup augmenté au cours des derniers mois, rapporte le politologue. Mais quand on interroge nos concitoyens sur le fonctionnement de la chaîne pénale, beaucoup de critiques fusent sur le dernier maillon, qui est celui de la justice".

La délinquance au même niveau que le chômage dans les préoccupations

"En termes de hiérarchie des priorités, les Français demeurent concentrés sur la question du coronavirus, 82 % d'entre eux considèrent que c'est tout à fait prioritaire, mais 70 % considèrent que la lutte contre la délinquance est également prioritaire. C'est au même niveau que le chômage, rapporte Jérôme Fourquet. C'est 11 à 12 points devant la question du réchauffement climatique. On voit que cette question de l'insécurité et de la délinquance est aujourd'hui à l'agenda de l'opinion publique, et donc que le gouvernement et le président de la République doivent tenter d'apporter des réponses".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.