Stratégie des forces de l'ordre à Paris : "C'était une grande démonstration d'intimidation des manifestants" affirme le député insoumis Éric Coquerel

Après la nouvelle journée de mobilisation contre le projet de loi sur la "sécurité globale", à Paris notamment, le député de la France insoumise Éric Coquerel critique la stratégie des forces de l'ordre pour contenir les manifestants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Eric Coquerel, député de la France Insoumise de Seine-Saint-Denis invité de franceinfo (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

La stratégie des forces de l'ordre lors de la manifestation à Paris contre la proposition de loi "sécurité globale", ce samedi 12 décembre, était "une grande démonstration d'intimidation des gens qui manifestaient. Tout sauf le respect du droit de manifester" affirme sur franceinfo Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis. "C'était le respect de se faire nasser, de se faire arrêter." 124 manifestants ont été interpellés samedi en marge de la manifestation, a indiqué dimanche le parquet. 30 étaient encore en garde à vue ce dimanche soir.

"Des militants qui tenaient des pancartes ou des banderoles"

Selon Eric Coquerel, qui s'est déplacé dimanche après-midi devant les commissariats où étaient gardés à vue certains des manifestants, les personnes interpellées "ont été arrêtés parce qu'ils manifestaient". Il s'agissait "de militants qui tenaient des pancartes ou des banderoles, dont on ne peut pas considérer que ce soit des gens qui viennent en découdre en procédant à des arrestations, on a évité une casse de magasin qui n'a pas existé."

"En procédant à des arrestations, on a évité une casse de magasin qui n'a pas existé."

Éric Coquerel

L'élu estime que "la première chose que doit faire un gouvernement, c'est de respecter la constitution et le droit de manifester et de faire en sorte que les manifestations aillent jusqu'au bout". Il reconnaît que si "à un moment donné, des gens veulent en découdre, il peut y avoir des techniques d'intervention". Mais samedi, la mobilisation était "très pacifique" et n'avait "rien à voir avec celle de samedi dernier". Pour Eric Coquerel, la "victime, c'est le droit de manifester". Il poursuit : "En procédant à des arrestations, on a évité une casse de magasin qui n'a pas existé. On est devant des procès d'intention fait à des manifestants".

Des techniques de maintien de l'ordre inappropriées 

La technique du maintien de l'ordre mise en œuvre à Paris samedi "ne peut pas être acceptable". Il dénonce un maintien de l'ordre qui est "félicité par toutes les dictatures du monde entier".

"On a un problème du droit de manifester dans ce pays", martèle le député Insoumis. "L'ordre qui a été donné, c'est d'intimider. Les personnes en garde à vue auront la peur de retourner manifester." Pourtant, "il y a des techniques où on peut intervenir par rapport à des éléments violents et permettre au reste de manifester", assure Eric Coquerel. "Aujourd'hui on ne fait plus le distinguo." Il estime que "le seul objectif est de maintenir l'ordre coûte que coûte, également quand le coûte que coûte concerne la liberté de manifester".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.