"Sécurité globale" : 34 000 manifestants contre la proposition de loi, selon le ministère de l'Intérieur, 200 000 selon les organisateurs

Près de 80 rassemblements "pour le droit à l'information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester et contre la surveillance de masse" étaient organisés en France.

Manifestation contre la proposition de loi sur la \"sécurité gloabale\", place de la Bastille, à Paris, le 16 janvier 2021.
Manifestation contre la proposition de loi sur la "sécurité gloabale", place de la Bastille, à Paris, le 16 janvier 2021. (MARTIN BUREAU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Ils étaient prêts à manifester "tant qu'il le faudra". Les opposants à la proposition de loi "sécurité globale", mobilisés depuis novembre, ont à nouveau battu le pavé samedi 16 janvier. Ils se sont réunis en début d'après-midi "pour la défense des libertés"à l'appel de la coordination d'associations et syndicats mobilisés contre ce texte, qui restreint notamment la diffusion d'images des forces de l'ordre. Ces défilés ont rassemblé 34 000 personnes en France, selon le ministère de l'Intérieur, et 200 000 selon les organisateurs. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a par ailleurs fait état sur Twitter de "75 personnes interpellées dont 24 à Paris" et "12 policiers et gendarmes blessés".

 Un défilé dans le calme à Paris.  A Paris, 6 500 personnes se sont rassemblées, selon le ministère de l'Intérieur, 15 000 selon les organisateurs. La manifestation s'est achevée dans le calme au niveau de la place de la Bastille. Au début de la manifestation, les policiers sont intervenus pour empêcher la tenue, à proximité, d'une rave party en soutien au monde de la nuit. Selon, la préfecture de poloice, elle n'avait pas été déclarée et le matériel sono a été confisqué.  En début de soirée, le parquet de Paris indiquait que 15 personnes étaient en garde à vue à la suite de leur interpellation lors de la manifestation, et que par ailleurs une enquête a été ouverte pour trouble à la tranquillité d'autrui par agression sonore.

Près de 80 rassemblements en France. Les manifestations "pour le droit à l'information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester et contre la surveillance de masse" sont prévues dans de nombreuses villes de l'Hexagone. A Paris, la manifestation partira à 14 heures de la place Daumesnil pour rejoindre celle de la Bastille. Des rassemblements auront aussi lieu à Rennes, Nantes, Caen, Rouen et Le Havre, ainsi qu'à Lyon, Clermont-Ferrand ou Dijon.

Le texte examiné en mars au Sénat. La proposition de loi dite "sécurité globale", vivement critiquée en France et à l'étranger, a déjà été votée en première lecture à l'Assemblée nationale. Elle doit passer devant le Sénat en mars avant de revenir à l'Assemblée, où la majorité a promis une "réécriture totale" de l'article 24. 

La coordination demande à être reçue par Emmanuel Macron. Le collectif exige toujours le retrait de plusieurs dispositions, à commencer par l'article 24, qui pénalise la diffusion malveillante d'images des policiers. Il cible également les articles 21 et 22 sur l'usage des caméras-piétons et des drones par les forces de l'ordre, et du "nouveau schéma national du maintien de l'ordre" (SNMO), régulièrement invoqué par les forces de l'ordre pour limiter la couverture médiatique des manifestations.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SECURITE_GLOBALE

22h47 : Vous voulez dire comme interroger Bruno Bonnel sur le même texte, en faire un article et passer également une citation dans le live ? Ah c'est ballot, c'est exactement ce que nous avons fait.

22h46 : Bonjour France Info. Les réactions à l'interview de Vanessa Codaccioni sont nombreuses et critiques. Ne pensez-vous pas en effet qu'il serait de bon ton de donner un droit de réponse à un membre de la majorité qui défend le texte pour lui répondre ou bien s'agissait t-il simplement d'une page de publicité sponsorisée pour son livre ?

20h03 : Il est 20 heures et des briquettes, faisons le point sur les principaux titres de la soirée.

Le couvre-feu avancé est entré en vigueur dans tout l'Hexagone depuis deux heures. Pour la liste des déplacements autorisés passés cette heure, c'est par là. Et si vous cherchez une attestation, vous la trouverez ici.

Il a neigé abondamment sur une grande partie du pays. 30 départements sont placés en vigilance orange à la neige et au verglas, y compris Paris où on a vu Montmartre se transformer en piste de ski.

Entre 34 000 et 200 000 personnes ont manifesté partout en France contre la proposition de loi sécurité globale. A Paris, ils étaient entre 6 500 et 15 000.

Douche froide pour l'OM qui se prend les pieds dans le tapis contre le dernier du classement Nîmes, dans son antre du Vélodrome (1-2).

20h00 : On a les chiffres pour la manifestation parisienne contre la proposition de loi Sécurité Globale : 6 500 manifestants selon la police, 15 000 selon les organisateurs.

19h47 : @Thomas Pour le moment, je dispose du chiffre global du ministère et des organisateurs, mais pour le cortège parisien, je ne dispose pour le moment que celui de la préfecture. Nul doute que je vous le communiquerai si je l'ai dans la soirée.

19h46 : ... pourquoi ne communiquer que les chiffres de la préfecture ? Il y a là un conflit d’intérêt flagrant.

19h32 : A noter également 75 interpellations (dont 24 à Paris) et 12 policiers et gendarmes blessés, selon le bilan du ministère de l'Intérieur.

19h31 : 34 000 personnes ont manifesté contre la proposition de loi Sécurité globale, dont 6 500 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. Les organisateurs en revendiquent, eux, 200 000 dans tout le pays.

19h06 : "Aller manifester contre une loi qui offre des moyens de conforter la population sur la sécurité, c'est un petit peu paradoxal."

L'élu ne comprend pas la mobilisation contre la proposition de loi, dont l'article le plus polémique est en cours de réécriture. "On fait le match avant le match. C'est un peu une démonstration de force, un principe de certaines personnes, de ne pas vouloir plus de sécurité dans notre pays". Son interview intégrale est à lire ici.

17h21 : Je recommande l'émission "Alors on pense" d'hier soir qui aborde aussi les problèmes inhérent à cette loi

17h21 : Dans les commentaires, a une suggestion pour ceux qui voudraient se faire une idée plus claire de la proposition de loi Sécurité Globale.

16h41 : "On va augmenter la surveillance de l'État contre la population, l'usage des caméras piétons et l’usage des drones. On veut affaiblir la capacité des citoyens à surveiller l'État, ses agents et leurs agissements. (...) Donc on affaiblit le contrôle citoyen du pouvoir. Avec cette loi on peut penser que tout le monde est une cible."

Interrogée par franceinfo, Vanessa Codaccioni craint une dérive de la société vers un tout-répressif si cette loi est adoptée.

16h26 : Cette manifestation musicale, appelons-la comme ça, se déroule tout de même en présence de quelques centaines de personnes.

16h25 : Les collectifs LGBTQIA+ avaient des autorisations pour les chars a priori. Il ne s'agissait pas d'une rave party comme l'indique la préfecture de police et que vous avez relayé. Voir l'event et commentaires ici :https://fb.me/e/g54jFFOQO

16h43 : Dans les commentaires, @Znne nous signale que ce qui a été présenté un peu vite comme une "rave party" en marge de la manifestation contre la proposition de loi "Sécurité globale" était en fait une manifestation de soutien au monde de la culture.

16h01 : Il est 16 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Les laboratoires Pfizer et BioNTech assurent finalement que les retards de livraison de leur vaccin seront limités à une semaine en Europe, alors qu'un délai de plusieurs semaines était redouté.

• Le couvre-feu est dorénavant fixé à 18 heures sur l'ensemble du territoire français, dans le cadre des mesures sanitaires contre l'épidémie de Covid-19.


• Météo France a placé 32 départements en vigilance orange en raison des risques de neige et de verglas.


Près de 80 rassemblements sont prévus aujourd'hui en France "pour le droit à l'information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester et contre la surveillance de masse".


Armin Laschet, favorable à la continuité avec l'ère centriste d'Angela Merkel en Allemagne, a été élu président du parti conservateur CDU.

14h47 : A Paris, les forces de l'ordre sont intervenues pour empêcher la tenue d'une rave party non déclarée à proximité de la manifestation. Les organisateurs ont reçu une contravention de 5e classe et le matériel sono a été confisqué, a appris franceinfo auprès de la préfecture de police. Le cortège déclaré est en train de cheminer sur l'avenue Daumesnil.

14h48 : Des manifestations sont organisées dans de nombreuses villes françaises afin de dénoncer la proposition de loi relative à la sécurité globale. Voici la situation à Marseille (Bouches-du-Rhône) et Nancy (Meurthe-et-Moselle), où l'affluence reste modeste.

13h51 : Le tribunal administratif de Rouen (Seine-Maritime) a suspendu par ordonnance l'arrêté préfectoral d'interdiction de manifester aujourd'hui dans le centre-ville, a appris franceinfo auprès de la CGT et de Solidaires. Le rassemblement prévu à 14h30 contre la proposition de loi relative à la "sécurité globale" pourra bien se tenir. Les deux syndicats "se félicitent de cette décision".

12h34 : A Laval, quelque 250 personnes ont manifesté contre la proposition de loi relative à la "sécurité globale", signale France Bleu Mayenne. Une centaine de "teuffeurs" était également présents dans le cortège, afin d'apporter leur soutien à l'organisateur de la fête organisée à Lieuron (Ille-et-Vilaine) pour le Nouvel An. Plusieurs dizaines de rassemblements sont prévus aujourd'hui en France.

12h01 : Il est midi. Voici les principaux titres de l'actualité :

Armin Laschet, favorable à la continuité avec l'ère centriste d'Angela Merkel en Allemagne, a été élu président du parti conservateur CDU.


• Météo France a placé 32 départements en vigilance orange en raison des risques de neige et de verglas. Pour l'heure, les premières neiges se produisent "notamment vers la Haute-Normandie et sur l'ouest de l'Ile-de-France".


• Le couvre-feu est dorénavant fixé à 18 heures sur l'ensemble du territoire français, dans le cadre des mesures sanitaires contre l'épidémie de Covid-19.

Le gouvernement français a opposé hier un veto "clair et définitif" au rapprochement proposé par Couche-Tard au géant français Carrefour. Le groupe canadien a donc retiré son offre, selon l'agence Bloomberg.

Près de 80 rassemblements sont prévus aujourd'hui en France "pour le droit à l'information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester et contre la surveillance de masse.

10h51 : Voici les principaux titres de l'actualité :

• Météo France a placé 26 départements en vigilance orange en raison des risques de neige et de verglas. Toujours 5 000 foyers sont privés d'électricité dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, a appris franceinfo.


• Le couvre-feu est dorénavant fixé à 18 heures sur l'ensemble du territoire français, afin de lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Le laboratoire Pfizer va réduire les livraisons de son vaccin en Europe jusqu'à début février à cause de la rénovation de son usine en Belgique. La France va devoir "ajuster" son rythme de vaccination dans les prochaines semaines.

Près de 80 rassemblements "pour le droit à l'information, contre les violences policières, pour la liberté de manifester et contre la surveillance de masse" sont prévus aujourd'hui en France.

Le choix de la continuité avec Angela Merkel ou du coup de barre à droite ? Le parti conservateur allemand, la CDU, élit un nouveau président, un scrutin clé à huit mois du départ de la chancelière.