VIDEO. Ambiance tendue chez les socialistes marseillais avant le second tour de la primaire

Après une semaine d'invectives, Patrick Menucci et Samia Ghali seront confrontés dans les urnes dimanche, pour désigner le candidat PS à la mairie de Marseille.

Francetv info / France 2

Les Marseillais sont appelés à choisir, dimanche 20 octobre, qui, de Samia Ghali ou de Patrick Mennucci, affrontera en mars 2014 l'inamovible maire UMP Jean-Claude Gaudin, au terme d'un entre-deux tours très tendu entre les deux candidats à la primaire socialiste. Le duel promet d'être serré avec un léger avantage, sur le papier, au député, fort du ralliement de trois candidats à sa cause.

Dans l'arène, deux fortes personnalités qui baignent dans la politique depuis leur plus jeune âge. Lui, 58 ans, géant à l'accent rocailleux, se réclame d'une fine connaissance des dossiers et d'un programme "cohérent". Elle, l'indomptable brune, 45 ans, joue la carte du peuple et préfère aux questions de fond le registre de l'émotion. Les invectives ont fusé tout au long de la semaine, par médias interposés ou frontalement, lors des deux débats, éclipsant quasiment toute discussion sur le programme.

La sénatrice a accusé son rival d'être "le candidat le Paris, de Matignon", tandis qu'après avoir tenté de calmer le jeu, Patrick Mennucci la taxait vendredi de "candidate du système" Jean-Noël Guérini, le président du Conseil général tombé en disgrâce à la suite de ses démêlés judiciaires.

Un PS marseillais rassemblé dimanche soir ?

Un climat tendu qui augure d'un lendemain de scrutin compliqué. "La primaire, (...) c'est un nécessaire et indispensable rassemblement autour du vainqueur. Ce seront les conditions qui feront que cette primaire sera une réussite", a dit le secrétaire national aux fédérations du PS Alain Fontanel samedi, qui espère toujours réunir les deux candidats dimanche soir.

Patrick Mennucci, perçu comme le mieux à même de ravir la mairie à la droite, selon un sondage, assure qu'en cas de défaite, il se rangera derrière son adversaire, "l'objectif étant de battre Jean-Claude Gaudin", maire UMP de 74 ans, à la tête de la ville depuis 1995. Samia Ghali, elle, élude le sujet, croyant en sa victoire.

Samedi, elle a toutefois laissé planer le doute sur son avenir au PS en cas de défaite. Peut-elle rester au parti après les "attaques inacceptables" dont elle dit avoir fait l'objet ? "Je ne répondrai pas maintenant", a-t-elle dit dans un sourire.

La sénatrice PS Samia Ghali, et le député socialiste Patrick Menucci, le 14 octobre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
La sénatrice PS Samia Ghali, et le député socialiste Patrick Menucci, le 14 octobre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône). ( MAXPPP)