Marseille : Samia Ghali pose ses conditions pour se rallier à Patrick Mennucci

La sénatrice des quartiers nord propose un "accord" sous conditions au vainqueur de la primaire socialiste.

Les socialistes Samia Ghali et Patrick Mennucci, le 20 octobre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Les socialistes Samia Ghali et Patrick Mennucci, le 20 octobre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Patrick Mennucci a gagné la primaire socialiste de Marseille (Bouches-du-Rhône), mais sa rivale compte bien lui arracher des concessions avant de se ranger derrière lui. La sénatrice Samia Ghali lui a proposé, mercredi 23 octobre, un "accord" sous conditions. Francetv info fait le point sur ses principales demandes.

Des moyens supplémentaires pour Marseille

Parmi les conditions de la maire du 8e secteur de Marseille figure, entre autres, "la nécessité d'obtenir un engagement du gouvernement sur les moyens financiers apportés à Marseille, notamment en matière de transports", explique-t-elle dans un communiqué. "Cet engagement pourra se traduire par la signature d'un contrat spécifique entre l'Etat et Marseille qui viendra abonder la future métropole", détaille la sénatrice.

Un changement de ton, puisqu'elle s'était jusqu'à présent opposée au texte créant la future métropole marseillaise, présenté par le gouvernement et voté par le Parlement. Durant les débats d'entre-deux-tours de la primaire marseillaise, elle avait mis en avant le manque de moyens, selon elle, de la métropole, qualifiée de "boîte à outils vide".

La prise en compte de la fracture Nord-Sud dans la ville

Samia Ghali réclame "la prise en compte par la future majorité de gauche de l'urgence de la réduction de la fracture Nord-Sud" dans Marseille, une condition "indispensable à l'amélioration des conditions de vie des habitants mais aussi au développement global de la ville".

L'élue des quartiers Nord souhaite également une "présence équilibrée de la police municipale sur l'ensemble des secteurs de la ville", et de "meilleures conditions d'accès aux transports publics pour les moins de 26 ans qui sont scolarisés ou qui suivent une formation professionnelle".

Des listes "en adéquation avec la réalité de la ville"

Samia Ghali demande aussi "une constitution de nos futures listes qui soit en adéquation avec la réalité de la ville et l'ensemble de ses composantes sociales". Une manière de revendiquer un certain nombre de places éligibles, alors que des dissensions se font déjà jour au PS quant à la désignation des têtes de liste pour certaines mairies de secteur, par exemple dans les 13e et 14e arrondissements, comme l'explique La Provence.

La constitution des listes et la désignation des têtes de liste dans les huit secteurs électoraux de Marseille devraient résulter de savants dosages en fonction des différentes sensibilités PS dans la ville. Selon un sondage CSA pour Le Figaro et BFMTV, Patrick Mennucci est à égalité (41% au second tour) avec son rival UMP, le sortant Jean-Claude Gaudin (UMP), dans les intentions de vote.