Près de six Français sur dix préfèrent Bayrou à Sarkozy

C'est ce qu'indique un sondage Odoxa pour  i-Télé et "Le Parisien / Aujourd'hui en France" publié vendredi. Cette avance est due en grande partie aux sympathisants de gauche (83%).

Nicolas Sarkozy (gauche) et François Bayrou (droite) discutent à Bordes (Pyrénées-Atlantique), le 22 juin 2010, alors que Nicolas Sarkozy, président de la République de l\'époque, visite une usine qui fabrique des moteurs d\'hélicoptères.
Nicolas Sarkozy (gauche) et François Bayrou (droite) discutent à Bordes (Pyrénées-Atlantique), le 22 juin 2010, alors que Nicolas Sarkozy, président de la République de l'époque, visite une usine qui fabrique des moteurs d'hélicoptères. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

 

Alors que Le Canard enchaîné a rapporté une nouvelle phrase assassine de Nicolas Sarkozy à l'égard de François Bayrou, un sondage indique qu'une majorité de Français préfèrent le président du Modem au chef de file du parti les Républicains. C'est ce que montre une étude Odoxa pour i-Télé et Le Parisien / Aujourd'hui en France publiée vendredi 5 juin.

Dans le détail, 56% des sondés préfèrent François Bayrou préfèrent à Nicolas Sarkozy (38%), 6% ne se prononçant pas. Cette avance est due en grande partie aux sympathisants de gauche (83%).

Les Français moins opposés à une candidature de Bayrou que Hollande ou Sarkozy

Pour autant, 54 % des Français interrogés ne souhaitent pas que François Bayrou soit à candidat à la prochaine présidentielle de 2017. Odoxa rappelle, qu'en mai, 77% des Français ne souhaitaient pas une candidature de François Hollande, et 72% une candidature de Nicolas Sarkozy.

Le président du parti les Républicains en veut toujours férocement à François Bayrou, qui a appelé à voter pour François Hollande au second tour de l'élection présidentielle de 2012. Et l'ancien chef de l'Etat, qui prône le rassemblement avec les centristes de l'UDI, exclut d'ouvrir la primaire de 2016 à droite au maire de Pau, trois fois candidat à l'Elysée.

 

L'enquête a été réalisée par internet les 4 et 5 juin auprès d'un échantillon de 1 005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.