Cet article date de plus de dix ans.

Pourquoi Luc Ferry lâche Nicolas Sarkozy

Ancien ministre de Jacques Chirac, Luc Ferry a critiqué, jeudi 26 avril dans Libération, la droitisation de la campagne de Nicolas Sarkozy. "C’est à mes yeux une erreur de fond", dit-il, fustigeant la stratégie conseillée par Patrick Buisson.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Luc Ferry s'est désolidarisé de la campagne qu'il juge droitière de Nicolas Sarkozy. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Ancien ministre de Jacques Chirac, Luc Ferry a critiqué, jeudi 26 avril dans Libération, la droitisation de la campagne de Nicolas Sarkozy. "C'est à mes yeux une erreur de fond", dit-il, fustigeant la stratégie conseillée par Patrick Buisson.

Le philosophe Luc Ferry a fait un pas de plus vers François Hollande. Après avoir déjà affirmé tout le bien qu'il pensait du programme du candidat socialiste sur l'Education, l'ancien ministre de l'Education nationale de Jacques Chirac sous le gouvernement Raffarin a poussé plus loin sa critique envers la campagne de Nicolas Sarkozy.

Ferry attaque Sarkozy sur la nation

"C'est à mes yeux une erreur de fond", explique-t-il, jeudi 26 avril, à Libération, à propos de la stratégie de droitisation de la campagne du candidat de l'UMP. "Les passions qui animent les électeurs du Front national ne sont nullement « l'angoisse » et « la souffrance », comme l'a dit le Président, mais l'indignation et la colère contre les élites, associées à une quête profonde de fraternité", ajoute le philosophe.

Estimant que le président-candidat poursuit "une forme de retour en arrière ambigu" dans l'histoire idéologique de la droite, Luc Ferry affirme que Nicolas Sarkozy "entretient la confusion entre deux conceptions de la nation : l'idée nationaliste de la nation (…) et puis la grande idée républicaine de la nation, née avec la Révolution et les Droits de l'Homme".

"La stratégie de l'école « Buissonière » est une erreur complète"

En filigrane, l'ancien ministre vise le conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. Qu'il finit par cibler clairement. "La stratégie de l'école « Buissonière », de Patrick Buisson, est une erreur de perspective complète", juge-t-il dans le quotidien.

Et de conclure sur son contentement de voir les thématiques qui lui sont chères, l'éducation et l'Europe fédérale, reprises dans le programme du prétendant socialiste à l'Elysée. "C'est à la fois curieux pour moi et un peu triste de ne pas avoir réussi à convaincre mes amis et de retrouver ces thèmes dans la campagne de François Hollande."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.