Pour Arnaud Montebourg, "corruption" et "affairisme" poussent vers le Front national

Le député PS de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg, estime dans Le Monde, daté de mardi 20 décembre, que "la corruption" et "l'affairisme" poussent les Français vers le Front national. Son "seul objectif" : "la victoire de François Hollande"

Arnaud Montebourg, le 8 novembre 2011, lors de la présentation à Paris du film \"L\'ordre et la morale\" de Kassovitz.
Arnaud Montebourg, le 8 novembre 2011, lors de la présentation à Paris du film "L'ordre et la morale" de Kassovitz. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Le député PS de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg, estime dans Le Monde, daté de mardi 20 décembre, que "la corruption" et "l'affairisme" poussent les Français vers le Front national. Son "seul objectif" : "la victoire de François Hollande"

Déjà en première ligne pour dénoncer le "système Guérini" dans les Bouches-du-Rhône, le président du conseil général de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg s'est livré dernièrement à des accusations de corruption visant la fédération socialiste du Pas-de-Calais.

Le Monde, dans son édition datée de mardi, lui a demandé si ses dénonciations "systématiques" des affaires ne faisaient pas le jeu du parti de Marine Le Pen, ce à quoi il a répondu : "La crise de confiance qui touche la politique impose de prendre des mesures qui garantissent l'assainissement de notre République, moralement atteinte".

"Pouvoir nous attaquer aux affaires de la droite"

"La force de la rénovation que je porte est d'avoir le courage de faire le ménage en notre sein, pour pouvoir nous attaquer aux affaires de la droite qui détruisent l'esprit public", ajoute M. Montebourg. "Ce sont la corruption, le clientélisme et l'affairisme au pouvoir, d'où qu'ils viennent, qui poussent les Français vers le Front national", poursuit celui qui fut troisième au 1er tour de la primaire socialiste, avec 17% des voix.

M. Montebourg déclare également s'être "appliqué à faire discrètement" son "travail de secrétaire national à la rénovation, qui consiste autant à moderniser le parti qu'à ne plus couvrir des pratiques détestables".

"Mes avertissements ont été entendus"

"Reste que mes avertissements ont été entendus : des parlementaires ont été écartés et une commission d'enquête a été nommée", se réjouit-il.

Dans un courrier du 21 novembre à Martine Aubry, M. Montebourg avait alerté la première secrétaire sur "un système de corruption" qui aurait bénéficié à des élus du parti dans le Pas-de-Calais, dont le député et maire de Liévin Jean-Pierre Kucheida.

M. Montebourg s'était attaqué aussi à Jack Lang en laissant entendre dans son argumentaire que le PS risquerait de prêter le flanc aux "attaques" de Marine Le Pen, élue dans le Pas-de-Calais, si n'était pas dénoncé par le parti ce "système de corruption (...) dont la présence de Jack Lang dans ce département n'est qu'un des tristes symptômes".

"Mon seul objectif : la victoire de François Hollande"

Dans son entretien au Monde, M. Montebourg rétorque à M. Lang - celui-ci a exigé des excuses et a menacé de porter plainte contre lui pour l'avoir cité dans ce dossier - que "c'est à Martine Aubry que Jack Lang devrait demander des excuses pour avoir rendu publique une lettre confidentielle".

"Je n'ai fait à ce jour aucun commentaire public sur le Pas-de-Calais car la victoire de notre candidat François Hollande est mon seul objectif", assure-t-il.