Politique : le retour du cumul des mandats divise au sein de la classe politique

Publié
Politique : le retour du cumul des mandats divise au sein de la classe politique
France 3
Article rédigé par
A.Bourse, B.Gelot, G.Beaufils, F.Daireaux, JA.Balcells, S.Korwin - France 3
France Télévisions

Faut-il revenir sur l'interdiction du cumul des mandats en vigueur depuis 2017 ? Les sénateurs centristes ont relancé le débat. Ils estiment que les parlementaires manquent aujourd'hui d'ancrage local pour pouvoir coller à la réalité du pays. Ils proposent qu'un élu national puisse aussi être maire d'une commune de moins de dix mille habitants.

L'un est maire socialiste d'une commune de 8 000 habitants et l'autre est députée dans l'Orne. Les deux ont connu le cumul député-maire entre 2014 et 2017 et ils ont désormais un avis divergent sur le principe du cumul des mandats. Suppléant, Romain Colas se retrouve à l'Assemblée nationale lorsque son député est nommé Secrétaire d'État au sein du gouvernement. Pour lui le cumul est une mauvaise idée : "Je suis sorti fatigué de cette période de trois ans. J'ai voulu bien faire mon job de parlementaire et mon job de maire. Physiquement parlant, on ne peut pas tenir les deux", explique le maire d'une commune de l'Essonne.

Pour Véronique Louwagie, les deux fonctions sont complémentaires

Au contraire, Véronique Louwagie, députée (LR) de l'Orne dresse un constat positif du cumul des mandats. Pour elle, exercer les deux fonctions est complémentaire. Son adjoint lui a succédé à la mairie et elle échange fréquemment avec lui. "Lorsque vous votez un texte à l'Assemblée nationale, c'est important de se retrouver sur des cas concrets. Lorsqu'on est maire, on est au coeur de tout cela", raconte Véronique Louwagie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.