Cet article date de plus de sept ans.

Le camp de Roms de Croix évacué partiellement

Quelque 220 personnes occupaient le camp de Roms de cette ville de la banlieue de Lille, dont le maire UMP avait créé la polémique après des propos hostiles à cette communauté.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le camp rom de Croix (Nord), photographié le 27 septembre 2013. (MAXPPP)

La police a procédé, mercredi 9 octobre au matin, à une évacuation partielle du camp de Roms de Croix, dans le Nord, occupé par quelque 220 personnes, comme le décrit Nord Eclair. Selon la mairie de la ville, la préfecture a indiqué que les choses allaient se faire "progressivement", et que l'évacuation ne se ferait pas en une fois. Des forces de police étaient déployées mercredi matin autour du camp, selon le cabinet du maire de Croix, alors qu'un militant associatif a confirmé que des familles avaient fait part de leur expulsion en cours.

Les rues permettant d'accéder au camp étaient barrées par la police. L'évacuation a débuté vers 7h30 selon la police sur place, qui a précisé que des caravanes tractées par des voitures de certains des habitants avaient quitté le campement. Leur destination n'était pas connue.

Les occupants du camp proviennent en grande majorité de l'ancien camp de Roms de Lille-Sud, anciennement le plus grand de la métropole lilloise, qui a compté jusqu'à 750 personnes et a été évacué le 18 septembre dernier. Régis Cauche, le maire UMP de Croix, avait provoqué une polémique après avoir déclaré qu'il soutiendrait un de ses administrés en cas d'acte "irréparable" envers les Roms.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Polémique sur les Roms

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.