Cet article date de plus de dix ans.

Plus personnelle, plus présidentielle, la nouvelle profession de foi d'Hollande

"Cinq ans de plus seraient cinq ans en pire", écrit le candidat socialiste à propos de Sarkozy dans une lettre qui doit être envoyée aux électeurs en vue du second tour de la présidentielle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, à Hirson (Aisne), le 24 avril 2012. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

François Hollande n'a pas tardé à rédiger sa profession de foi pour le second tour de la présidentielle. Le document, parti mardi 24 avril pour toutes les préfectures, arrivera dans les boîtes aux lettres des électeurs en début de semaine suivante, annonce Europe 1, qui s'est procuré le document. Il prend la forme d'une lettre aux Français, moins formelle que la profession de foi envoyée pour le premier tour (fichier PDF) qui reprenait les 60 propositions du candidat socialiste.

Autre différence : le texte n'a pas été rédigé par le candidat socialiste lui-même, selon la radio, mais par Guillaume Bachelay, membre de la "cellule riposte" de la campagne du candidat socialiste et proche de Laurent Fabius. Toutefois, Europe 1 précise que le député de Corrèze a apporté au texte des corrections jusqu'à 3 heures du matin dans la nuit de dimanche à lundi, juste après les résultats du premier tour.

"Votre confiance m'oblige"

La lettre se veut plus personnelle que le catalogue d'engagements envoyé au premier tour. Mais François Hollande y adopte également une posture plus présidentielle : "Vous m'avez placé en tête, cette confiance m'honore et m'oblige", écrit-il.

Le candidat socialiste entendant s'adresser à tous les Français, la lettre ne fait pas figurer le logo du Parti socialiste, note la station. Le document, mis en ligne par RTL, est intitulé "Le rassemblement pour le changement" et tient sur une page recto verso. Le candidat socialiste y cible aussi directement son rival : "Vous avez sanctionné le candidat sortant", constate-t-il. "Cinq ans de plus seraient cinq ans en pire."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.