Plan d'économies adopté : 41 députés socialistes s'abstiennent

Les députés français ont donné mardi leur feu vert au programme de stabilité pour 2014-2017 présenté par le Premier ministre. Manuel Valls a salué un "acte fondateur pour la suite du quinquennat". Les députés ont voté par 265 voix pour, 232 contre et 67 abstentions... parmi lesquelles 41 députés socialistes. Une courte majorité pour Manuel Valls.

(Maxppp)

La fronde des députés socialistes n'est pas apaisée, loin de là : 41 députés socialistes se sont abstenus mardi soir, soit trente de plus que lors du vote de  confiance du 8 avril. L'Assemblée nationale a adopté le programme de stabilité budgétaire, qui prévoit 50 milliards d'euros d'économies durant la période 2014-2017. Par 265 voix pour, 232 contre et 67 abstentions. Le vote a duré 30 minutes, l'annonce du résultat a été faite par le président de l'Assemblée : 

Coup dur pour Manuel Valls

Manuel Valls jouait gros et l'écart de voix est faible. Le Premier ministre a tout de même remercié sa majorité : "C'est un acte fondateur, important pour la suite du quinquennat du président de la République ", a dit Manuel Valls qui a pris la parole brièvement. "Certains se demandaient pourquoi ce vote ? C'est le respect que nous devons au Parlement " sur "des choix qui engagent la France ". "Il était tout à fait essentiel (...) qu'il y ait un vote qui montre que la majorité, au-delà des débats, approuve ce projet ", a-t-il insisté.

Malgré les concessions faites ces derniers jours, les efforts pour tenter d'unir son camp, ce score constitue un revers pour le Premier ministre. Mardi lors de son discours avant le vote il avait assuré : "Le résultat du vote (...) conditionne à la fois la légitimité  du gouvernement, sa capacité à gouverner avec sa majorité, et,  surtout, la crédibilité de la France ". 

PS : "Un parlement vivant"

Le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux a jugé qu'il y avait eu "trop d'abstentions mais clairement  une majorité de gauche ". "On n'est pas condamnés au bras de fer " et "je pense que Manuel Valls est  tout à fait capable de trouver un mode de dialogue avec un Parlement vivant,  actif, parfois remuant, conscient de ses responsabilités ", a également réagi Christian Paul, un des députés socialistes frondeurs.

Écolos : "Un vrai débat, pas des godillots"

Parmi les écologistes, une majorité de 12 députés a voté contre le programme de stabilité, deux se sont abstenus et trois ont voté pour. Les députés écologistes avaient voté le 8 avril la confiance au gouvernement de Manuel Valls auquel ils ont refusé de participer.

UMP : "Une fissure dans la majorité"

Le chef de file des députés UMP Christian Jacob a lui considéré mardi soir que les 41 abstentions socialistes marquaient "un vrai échec et une fissure dans la majorité ". "C'est la preuve que cette majorité ne tient plus et que le président de la  République est dans l'incapacité à porter des réformes ", a-t-il ajouté.