Patrick Balkany de nouveau dans le viseur de la justice

La chambre régionale des comptes s'intéresse une nouvelle fois aux activités du député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), et notamment à une société d'aménagement immobilier contrôlée par la ville.

(Patrick Balkany de nouveau dans le viseur de la chambre régionale des comptes d'Ile-de-France ©MaxPPP)

C'est une information de France Bleu 107.1, Patrick Balkany, député-maire Les Républicains de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est de nouveau dans le viseur de la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France. 

Les juges se sont intéressés à la gestion de la société d'aménagement immobilier SEMARELP, contrôlée par la ville de Levallois-Perret. Et le principal enseignement du rapport des juges, c'est que la SEMARELP sait soigner ses dirigeants et ses salariés, surtout si ceux-ci sont proches de Patrick Balkany.

Dans son rapport, la Chambre régionale des comptes met en avant le cas de Jean-Pierre Aubry : cet ancien gardien de gymnase, mis en examen pour fraude fiscale -tout comme Patrick Balkany- touchait jusqu'à 30.000 euros par mois à la SEMARELP dont il était le directeur général. Sa fonction lui permettait d'ailleurs de réaliser des opérations immobilières dans des conditions très avantageuses.

Rémunérations et marchés opaques 

Les juges notent également les jetons de présence confortables que touchent les dix élus de la ville qui siègent au conseil d'administration de la société. La présidente, une certaine Isabelle Balkany, peut ainsi percevoir jusqu'à 60.000 euros par an, et bénéficie d'une voiture de fonction.

A cela, s'ajoutent des marchés opaques conclus avec des entrepreneurs à la table de l'hôtel Martinez à Cannes, ou encore un projet de tours jumelles qui n'a jamais vu le jour mais qui risque de coûter 100 millions d'euros aux Levalloisiens.

En février dernier, la Chambre régionale des comptes avait déjà étrillé la gestion de la ville de Levallois-Perret, en signalant notamment un "oubli" de 117 millions d'euros dans les comptes.

Mis en examen quatre fois, Patrick Balkany vient d'être réinvesti par le parti Les Républicains pour les législatives de 2017. Une décision critiquée par Hervé Mariton. Sur France Info, le député de la Drôme Les Républicains a indiqué qu'il "regrette profondément la décision" du parti d'avoir donné cette investiture à Patrick Balkany. De son côté, Bruno Lemaire, a exprimé son désaccord mercredi soir sur son compte Twitter. 

A LIRE AUSSI ►►►L’ombre de Bygmalion derrière le "système Balkany" selon la chambre régionale des comptes