Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo "Monsieur Macron, vous invoquez Robespierre, mais vous n'êtes qu'un roi capétien", lance Pierre Laurent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
VIDEO. "M.Macron, vous invoquez Robespierre, mais vous gouvernez comme un roi capétien", lance Pierre Laurent
Article rédigé par
France Télévisions

Le secrétaire national du PCF a conclu la Fête de l'Humanité, dimanche 17 septembre, au parc de la Courneuve.

La Fête de l'Huma s'est conclue, dimanche 17 septembre, avec le traditionnel discours du secrétaire général du Parti communiste. A La Courneuve (Seine-Saint-Denis), Pierre Laurent n'a pas ménagé ses flèches contre le chef de l'Etat, Emmanuel Macron. "En vérité, c'est ce débat, projet contre projet, que vous voulez fuir, a-t-il lancé. Vous avez trompé les Français en prétendant incarner le renouveau et la modernité. Mais de votre maigre cuisse de Jupiter ne sort pour l'instant que la foudre pour les travailleurs et les droits sociaux."

"Ce que n'aiment pas les Français, ce sont vos réformes rétrogrades"

"Vous [Emmanuel Macron] parlez de révolution, mais vous n'êtes que la restauration. Vous invoquez Robespierre, mais vous n'êtes qu'un roi capétien. Vous prétendez que le peuple n'aime pas les réformes ? Mais Monsieur Macron, vous êtes un piètre historien. Vous devriez vous méfier, Monsieur Macron, parce que ce peuple de France que vous méprisez aime tellement les réformes qu'il en a souvent fait des révolutions", a poursuivi le sénateur communiste de Paris.

Et Pierre Laurent d'énumérer ces révolutions : "En 1789, en 1848, à la Commune de Paris, en 1905 avec la loi sur la laïcité, lors du Front populaire en 1936, dans la Résistance et en construisant le programme du CNR [Conseil national de la résistance], au moment de la création de la Sécurité sociale en 1945, en 1968, en abolissant la peine de mort, en soutenant la loi pour le mariage pour tous... Non, Monsieur Macron, ce que n'aiment pas les Français, ce ne sont pas les réformes, mais vos réformes rétrogrades et réactionnaires."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.