Revers du gouvernement sur le projet de loi de finances : "On n'est pas du tout frondeurs", se défend un député MoDem

Le Modem, parti de la majorité présidentielle, a déposé un amendement sur la taxation des super-dividendes, malgré l'opposition de l'exécutif. Il a été adopté mercredi grâce au soutien des groupes de la Nupes, du RN et de 19 députés Renaissance. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
  (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)

"On n'est pas du tout frondeurs", se défend jeudi 13 octobre sur franceinfo Erwan Balanant, porte-parole du groupe Démocrate (MoDem et indépendants) à l'Assemblée nationale et député MoDem du Finistère alors qu'un amendement au budget pour 2023 visant à dissuader les grandes entreprises de distribuer des "super-dividendes" a été adopté mercredi en première lecture, contre l'avis du gouvernement.

Le projet de loi de finances (PLF) est examiné en ce moment par les députés et le gouvernement enchaîne les revers émanant parfois de son propre camp. "Cet amendement sur les super-dividendes", proposé par le Modem et qui a reçu le soutien d'une vingtaine de députés Renaissance, "est plutôt dans l'esprit de la macronie avec cette idée de taxer les super-dividendes et non pas les super-profits", se justifie Erwan Balanant.

franceinfo : Êtes-vous frondeurs ?

Erwan BalanantOn n'est pas du tout frondeurs. On porte ce sujet depuis quelques années déjà. On ne prend personne par surprise. Cet amendement sur les super-dividendes est plutôt dans l'esprit de la macronie avec cette idée de taxer les super-dividendes et non pas les super-profits, ce qui est légèrement différent et je pense que c'est bien qu'on s'en explique.

Donc les macronistes n'ont pas compris l'esprit de la macronie, c'est ce que vous dites ?

Ce que je dis, c'est qu'on a un vrai sujet de société et une vraie interrogation d'un certain nombre de nos concitoyens qui voient d'un mauvais oeil des entreprises qui gagnent beaucoup d'argent. Nous trouvons que c'est très bien que des entreprises gagnent beaucoup d'argent, il faut juste que cet argent soit bien distribué, que chacun ait l'impression d'une justice sociale et que la valeur créée soit bien rétribuée. C'est le sens de cet amendement qui taxe les super-dividendes et va inciter les entreprises à investir notamment dans les salariés en les rétribuant mieux tout en gardant la possibilité de verser des dividendes à leurs actionnaires.

N'est-ce pas ce que dit la Nupes à ce sujet ?

Pas du tout. La Nupes veut taxer les super-profits regrettant presque que des entreprises françaises réussissent. Nous avons un amendement équilibré, qui renforce le pacte social et l'économie de notre pays en allant vers plus d'investissements plutôt que des dividendes vers les actionnaires.

Alors pourquoi, selon vous, les macronistes n'ont-ils pas voté cet amendement ?

Il y avait d'autres amendements par la suite. Je pense qu'on va trouver un accord autour de cet amendement qui est bon pour avancer et qui répond aux inquiétudes des Français. Nous sommes des alliés fidèles, loyaux et attentifs. Le 49-3 ne peut pas exister sans qu'il y ait un débat préalable et ça avance plutôt bien. Si nos oppositions nous montrent la preuve qu'elles ne veulent pas voter ce budget, il faudra qu'on passe par un 49-3. Mais il y a deux types de 49-3 : celui qui est sec, décidé d'autorité et celui qui se fait dans une sérénité et qui amende un certain nombre de dispositifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Assemblée nationale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.