Cet article date de plus d'un an.

Proposition de loi contre le "démantèlement" d’EDF : Aurore Bergé critique "un manquement évident" d’Éric Coquerel

Publié
Durée de la vidéo : 10 min
Proposition de loi contre le « démantèlement » d’EDF : Aurore Bergé critique « un manquement évident » d’Éric Coquerel
Article rédigé par France 2 - J. Wittenberg
France Télévisions
Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale, est l’invitée des "4 Vérités" de France 2, vendredi 10 février.

Les députés Renaissance ont quitté l’hémicycle de l’Assemblée nationale, jeudi 9 février, alors qu’une proposition de loi socialiste contre le "démantèlement" d’EDF et pour l’extension du bouclier tarifaire aux boulangers devait être votée. Le texte a ensuite été adopté. "On a aujourd’hui un président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale qui est un président Insoumis, Éric Coquerel, qui est tenu de respecter la Constitution. Il a une charge supplémentaire, de faire respecter, quand on dépose un amendement, qu’il est bien conforme à la Constitution. Ce qu’il a refusé de faire", explique Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale, invitée des "4 Vérités" de France 2, vendredi 10 février.

Réforme des retraites : "Je n’ai ni peur du débat ni du vote"

La députée des Yvelines évoque un amendement "créant une charge de 18 milliards d’euros supplémentaires. Ce qui est totalement anti-constitutionnel". "Face à un manquement évident du président de la commission des Finances, qui faisait de l’Assemblée une mascarade, on a préféré quitter nos bancs", ajoute-t-elle en assurant que "la question ce n’est pas de perdre ou de gagner" le vote.

Le projet de réforme des retraites du gouvernement est en débat à l’Assemblée nationale. L’article 7, qui passe l’âge de départ de 62 à 64 ans, pourrait-il ne pas être discuté avant le passage de la loi au Sénat ? "C’est de la responsabilité des oppositions, nous n’avons pas déposé des milliers d’amendements empêchant la discussion. […] Je n’ai ni peur du débat ni du vote", affirme Aurore Bergé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.