Julien Bayou fait son retour à l'Assemblée : "Il n'y a pas de débat, il fait partie du groupe", assure Cyrielle Chatelain

La présidente du groupe écologiste à l'Assemblée soutient Julien Bayou, une semaine après sa démission de la tête du parti EELV et de la coprésidence du groupe parlementaire. Il a fait sa rentrée dans l'hémicycle ce mardi, dans un contexte tendu. 

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le député écologiste Julien Bayou à l'Assemblée nationale, le 4 octobre 2022.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Ce sont des retrouvailles tendues au palais Bourbon, mardi 4 octobre. À l'occasion des questions au gouvernement de cette rentrée parlementaire, Julien Bayou et Sandrine Rousseau se sont retrouvés à quelques sièges d'écart. L'ancien patron d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) s'est installé à sa place, les traits tirés, juste devant Sandrine Rousseau. Observée depuis la lointaine tribune de presse, cette scène a déclenché un grand malaise dans les bancs de l'Assemblée. 

>> Rentrée parlementaire : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Les deux élus se sont montrés tendus, tapant sur leur tablette pour apaiser, peut-être, leur stress. À plusieurs reprises, la députée écologiste, un peu isolée, s'est agitée sur son banc, a cherché du regard Julien Bayou, comme pour le confronter, en vain. Lui qui l'a chargée violemment dans une interview au journal Le Monde, estimant qu'elle était allée "trop loin", qu'il ne fallait pas confondre "féminisme et maccarthysme". Julien Bayou, lui, fait tout pour montrer qu'il ne veut pas se cacher. Il s'est affiché au loin de la salle des Quatre Colonnes, où des dizaines de journalistes l'attendaient. 

Le groupe écologiste s'affiche uni et veut "avancer"

Après son entretien au quotidien Le Monde, et avant de revenir à l'Assemblée, Julien Bayou a participé aux travaux de son groupe parlementaire mardi matin, tentant ainsi de normaliser sa rentrée parlementaire. À l'occasion de cette réunion hebdomadaire, la députée Cyrielle Chatelain, nouvelle présidente du groupe, lui a même adressé un message de soutien : "Il n'y a pas de question : Julien Bayou fait partie du groupe. Aujourd'hui, on a 23 membres dans notre groupe, ils ont tous leur place. On est un groupe avec des membres qui travaillent ensemble. Il n'y a pas de débat sur la place de quiconque au sein du groupe."

Le sujet n'a même pas été évoqué en réunion, assure-t-on. Le groupe tente désormais d'avancer, se défend le député écologiste Charles Fournier : "On avait peut-être besoin d'une pause avec ce sujet dans notre groupe, on avait besoin de se retrouver autour des sujets qui sont sur la table", explique-t-il, ajoutant que ces retrouvailles "ont fait du bien". "On n'y revient pas à chaud, à la suite d'articles qui sortent. Nous ne mettons pas cela sous le tapis, nous y reviendrons, mais de manière apaisée", ajoute-t-il.

D'autres au sein d'EELV critiquent ce retour rapide de Julien Bayou au sein du palais Bourbon. "Il aurait dû rester en retrait, estime un cadre du parti, le temps d'éclaircir les choses". D'autant que la cellule contre les violences faites aux femmes du parti vient d'être saisie à nouveau, cette fois directement par l'ex-compagne de Julien Bayou. Ce qui veut dire qu'une nouvelle enquête interne doit débuter. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Assemblée nationale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.