Opposé à un encadrement des loyers en janvier, Nicolas Sarkozy s'y dit favorable en avril

Nicolas Sarkozy défend aujourd'hui ce qu'il critiquait hier à propos de l'encadrement des loyers. Interrogé sur l'idée d'un encadrement des loyers, par "Femme actuelle" qui paraîtra le 16 avril , le président-candidat répond : "C'est une bonne idée".

Nicolas Sarkozy (archives)
Nicolas Sarkozy (archives) (AFP)

Nicolas Sarkozy défend aujourd'hui ce qu'il critiquait hier à propos de l'encadrement des loyers. Interrogé sur l'idée d'un encadrement des loyers, par "Femme actuelle" qui paraîtra le 16 avril , le président-candidat répond : "C'est une bonne idée".

Nicolas Sarkozy affirme dans un entretien à l'hebdomadaire "Femme actuelle" qui sera diffusé le 16 avril à propos de l'exemple allemand d'encadrement des loyers : "C'est une bonne idée. Il ne s'agit pas de bloquer les loyers mais bien d'un encadrement. C'est en cela qu'elle est intéressante. Je l'appliquerai ».

"Même à l'époque de l'Union soviétique"

Pourtant, le candidat de l'UMP ne s'est pas toujours montré aussi intéressé par ce mécanisme.

Ainsi, le 29 janvier, alors que François Hollande s'était déclaré favorable à un encadrement de ce type, là où le marché est très tendu, M. Sarkozy avait marqué fermement une opposition sans appel.

"Si on fait l'encadrement des loyers, avait-il assuré, c'est très simple : plus personne ne louera et plus personne ne construira. C'est exactement le contraire de qu'il faut faire. Cela n'a marché nulle part même à l'époque de l'Union soviétique".

Hollande formule sa proposition devant Emmaüs

Aujourd'hui,M. Sarkozy reprend à son compte l'exemple allemand, qui permet aux locataires, si jamais le montant du bail est supérieur à 20% aux loyers pratiqués pour des logements comparables, de saisir un juge.

M. Hollande s'était déclaré dès le début de sa campagne favorable à un tel contrôle. "Pour ce qui concerne les loyers, qui sont en forte progression, et notamment au moment de la relocation, un mécanisme d'encadrement sur les zones tendues sera introduit", avait-il affirmé le 14 décembre devant l'association Emmaüs.