Nouvelle "marche contre la vie chère" : échec des négociations de LFI avec le reste de la gauche et les syndicats

Les différentes organisations politiques, associatives et syndicales n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur une autre date de mobilisation. Une nouvelle réunion est prévue le 1er décembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Luc Mélenchon et des députés insoumis lors de la "marche contre la vie chère", le 16 octobre 2022 à Paris.  (SADAK SOUICI / LE PICTORIUM / MAXPPP)

La France insoumise n'a pas réussi à convaincre ses partenaires pour une nouvelle "marche contre la vie chère" d'ici la fin du mois de novembre, a appris jeudi 17 novembre franceinfo auprès d'un participant de premier plan aux discussions. Les quatre forces de la Nupes (LFI, PCF, PS, EELV), les associations et les syndicats ont échoué à s'accorder autour d'une nouvelle date commune de mobilisation.

29 500 manifestants avaient participé à la première "marche contre la vie chère", le 16 octobre dernier à Paris, selon un comptage du cabinet Occurence réalisé pour un collectif de médias dont fait partie franceinfo. "Dès le lendemain, La France insoumise était seule à vouloir d'une nouvelle marche", assure à franceinfo le participant aux négociations.

>> "Grande marche contre la vie chère" : comment Jean-Luc Mélenchon s’est mis les syndicats à dos

"On ne veut pas se précipiter. On veut une vraie réussite, pas quelque chose en demi-teinte", explique-t-il à franceinfo. Le risque de multiplier ces actions est, d'après lui, qu'il y ait "un essouflement". Le cadre des discussions entre partenaires sociaux et partis de gauche va donc être maintenu, plutôt pour mobiliser au moment des retraites. Une nouvelle réunion est prévue dans deux semaines, le 1er décembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nouvelle Union populaire écologique et sociale - Nupes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.