Projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes : sérieux revers pour les opposants

Tous les recours qu'ils avaient déposés ont été rejetés par la justice. Manuel Valls a annoncé que les travaux pourraient reprendre.

FRANCE 3

Les partisans du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont lâché 3 000 ballons pour les 3 000 emplois que l'arrivée de l'infrastructure devrait permettre de créer. Le tribunal administratif de Nantes a rejeté, ce vendredi 17 juillet, les 17 recours des opposants. Pour les défenseurs du projet, il faut maintenant évacuer le terrain. "Le gouvernement a montré son autorité à Sivens, qu'il montre la même autorité sur le site de Notre-Dame-des-Landes", souhaite Alain Mustière, président de l'association "Des ailes pour l'Ouest".

La lutte se poursuit

Pour les opposants, à la veille de la conférence sur le climat à Paris, les juges ne peuvent ignorer le volet environnement. Ils vont donc faire appel. "Nous tenons à rappeler que de nombreuses autorisations sont encore nécessaires pour le projet", explique Thomas Dubreuil, avocat de l'ACIPA (association opposée au projet). L'aéroport devait être inauguré en 2017, mais le terrain est occupé depuis 2010 et les travaux avaient été arrêtés en 2012 dans l'attente de l'épuisement des recours. Les occupants appellent à se mobiliser contre toute nouvelle tentative d'expulsion.

Le JT
Les autres sujets du JT
La \"zone à défendre\" de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), occupée par les opposants au projet d\'aéroport, le 8 novembre 2014.
La "zone à défendre" de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), occupée par les opposants au projet d'aéroport, le 8 novembre 2014. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)