Notre-Dame-des-Landes : les images de la manifestation qui a dégénéré dans les rues de Nantes

De violents affrontements ont opposé samedi après-midi dans le centre de Nantes les forces de l'ordre à des éléments radicaux à la fin d'une manifestation contre le futur aéroport qui a réuni plusieurs milliers de personnes. 

110
La manifestation des opposants à l'aéroport Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes a dégénéré samedi 22 février à Nantes. Les incidents ont fait quatre blessés parmi les forces de l'ordre. Une personne a été interpellée. STEPHANE MAHE / REUTERS
210
De violents heurts ont opposé des manifestants aux forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau. FRANK PERRY / AFP
310
En différents endroits du parcours de la manifestation, des participants ont tiré des projectiles (bouteilles, cannettes, billes d'acier, fusées de détresse) en direction des forces de l'ordre qui ont chargé à plusieurs reprises. Des pavés entourant les rames du tramway ont aussi été descellés.  STEPHANE MAHE / REUTERS
410
Des participants s'en sont pris à une agence du groupe Vinci, concessionnaire du projet d'aéroport.  STEPHANE MAHE / REUTERS
510
Des casseurs ont aussi saccagé un poste de police.  STEPHANE MAHE / REUTERS
610
Ils ont aussi brisé et tagué plusieurs vitrines de magasins, celles d'une agence des transports nantais ou encore d'une agence Nouvelles Frontières. STEPHANE MAHE / REUTERS
710
En fin d'après-midi, le centre-ville de Nantes était dévasté STEPHANE MAHE / REUTERS
810
Des barricades ont été dressées dans certains endroits du centre-ville. Et des casseurs ont fait face aux forces de l'ordre.  STEPHANE MAHE / REUTERS
910
Devant le CHU de Nantes où se sont rassemblés des manifestants pacifiques mais aussi d'autres violents, un canon à eau tentait de disperser la foule.  STEPHANE MAHE / REUTERS
1010
Selon la préfecture de Loire-Atlantique, la manifestation a réuni "autour de 20 000 manifestants avec près de 1 000 manifestants radicaux prêts pour le combat qui n'ont pu être contrôlés par les organisateurs". JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP