Notre-Dame-des-Landes : deuxième semaine d'évacuation toujours sous haute tension

Les opérations d'évacuation se poursuivent, lundi 16 avril, pour la deuxième semaine d'affilé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). La veille, Emmanuel Macron a estimé que la colère des opposants à la construction de l'aéroport n'est plus "légitime". 

Voir la vidéo
FRANCE 3

Pour la deuxième semaine consécutive, les zadistes continuent de s'opposer aux opérations d'évacuation menées par les forces de l'ordre à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Le mot d’ordre est toujours le même : "résistance", alors même que le chef de l’État a jugé, dimanche soir, que la colère des opposants n’est plus "légitime". "Il y a encore deux heures, sur cette route, nous avons été témoins d’affrontements violents, une véritable guerre des tranchées, rapporte, en direct depuis la ZAD, Peggy Mauger. Les zadistes ont tenté de protéger une charpente qu’ils avaient amenée ici, le symbole de la reconstruction."

Des zadistes de plus en plus nombreux

Si cette construction a été détruite "à coups de tronçonneuse et de blindés", personne ne veut baisser les bras, explique la journaliste. Et de préciser : "Ils sont déjà en train de reconstruire le bâtiment. Les zadistes sont six fois plus nombreux que la semaine dernière. Des zadistes qui systématiquement remontent des barricades après le passage des gendarmes sur cette ZAD de Notre-Dame-des-Landes qui s’apparente de plus en plus à un bourbier pour les autorités."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes mobiles lancent des grenades lacrymogènes, le 15 avril 2018 sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).
Des gendarmes mobiles lancent des grenades lacrymogènes, le 15 avril 2018 sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). (DAMIEN MEYER / AFP)