DIRECT. Notre-Dame-des-Landes : les zadistes vont faire une demande pour inscrire la ZAD au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco

Ils ont annoncé leur souhait lors d'un point presse jeudi.

Des barricades érigées sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 16 mai 2018.
Des barricades érigées sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 16 mai 2018. (ESTELLE RUIZ / CROWDSPARK / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une deuxième phase d'évacuation de la Zad a débuté à l'aube, jeudi 17 mai, sur le site de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). "Conformément aux engagements du gouvernement, le processus de retour à l’État de droit se poursuit à Notre-Dame-des-Landes", a tweeté le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Offensive. Selon les informations de franceinfo, 1 800 gendarmes mobiles sont sur place. Des tirs de grenades lacrymogènes ont été constatés et un hélicoptère survole la zone. Plusieurs barricades ont été érigées sur la départementale 81.

 Face-à-face. Un face-à-face a lieu en ce moment entre zadistes et forces de l'ordre. Une barricade a été mise à feuet des cocktails Molotov jetés en direction des gendarmes. Ces derniers ont répliqué avec des grenades assourdissantes et des lacrymogènes.

Campements illégaux. Selon Gérard Collomb, les opérations "visent les occupants illégaux ayant refusé de régulariser leur situation", cela concerne une dizaine de "squats". Selon les informations de franceinfo, 200 à 400 opposants sont présents sur la ZAD ce jeudi.

Ultimatum. Le gouvernement a annoncé lundi que quinze premiers "projets agricoles" de zadistes étaient en passe d'être régularisés. Les autres ont été invités par le Premier ministre Edouard Philippe à "quitter les lieux" avant le 14 mai.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NDDL

23h05 : Quelque 350 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Nantes, en fin de soirée, pour dire non aux expulsions. Une nouvelle vague d’évacuation des squats de la Zad de Notre-Dame-des-Landes a eu lieu ce matin.

21h35 : Adèle Haenel, Philippe Garrel ou Aki Kaurismäki... Dans une tribune publiée dans Le Monde, des réalisateurs, comédiens et professionnels du cinéma invitent défendre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes comme "un lieu réel qui lutte pour construire des imaginaires".

17h24 : Sur Twitter, plusieurs journalistes présents à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) publient des images des destructions des lieux de vie expulsés dans la matinée. Une seconde phase d'évacuation a en effet commencé à l'aube ce matin, visant "les occupants illégaux ayant refusé de régulariser leur situation", selon le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Sur le réseau social, des zadistes annoncent que l'opération "semble toucher à sa fin pour aujourd'hui".

15h09 : La Chat-teigne, un "chantier collectif" et un lieu symbolique pour les zadistes, est en train d'être détruite à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), dans le cadre d'une deuxième vague d'expulsions qui a débuté ce matin.

14h39 : Depuis six heures ce matin, une second phase d'expulsion est en cours à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Selon le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, les opérations "visent les occupants illégaux ayant refusé de régulariser leur situation", et concernent une dizaine de "squats". France 3 revient en images sur cette opération d'évacuation ici :

(FRANCE 3)

14h25 : La deuxième phase d'expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) suit son cours. Selon des journalistes sur place, plusieurs porte-chars sont arrivés près du chemin de Suez, pour détruire quatre zones de vie et dix squats expulsés.

13h12 : Selon un journaliste sur place, les zadistes, dénonçant la deuxième phase d'évacuation de la ZAD aujourd'hui, appellent "ceux et celles qui le peuvent" à "converger immédiatement sur place", et à se rassembler devant la préfecture de Nantes (Loire-Atlantique) à 18 heures. Ils annoncent également qu'ils vont effectuer une demande auprès de l'Unesco, pour que la ZAD soit classée au patrimoine mondial de l'humanité.

09h44 : A Notre-Dame-des-Landes, quatre "squats" ont été "sécurisés", selon le ministère de l'Intérieur. Des opérations de déblaiement sont désormais en cours.

08h39 : Le directeur de la gendarmerie nationale, qui supervise l'opération d'expulsion à Notre-Dame-des-Landes, fait un point sur la situation avec les journalistes présents sur place.

07h53 : La situation se tend dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un face-à-face oppose certains zadistes et les forces de l'ordre. Une barricade a été mise à feu par les opposants. Quelques cocktails Molotov ont également été jetés en direction des gendarmes, qui ont répliqué avec des grenades assourdissantes et des lacrymogènes.

07h08 : Le général Gérard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, se trouve sur place. Il a eu un échange avec les zadistes auxquels il a communiqué la liste des "squats" qui vont être évacués "de manière à ce qu'il n'y ait pas de surprise", a-t-il déclaré à l'AFP. "Nous prévenons les personnes en cours de régularisation qu'elles ne sont pas concernées par la manœuvre", explique-t-il également.

07h20 : Quelque 1 800 gendarmes mobiles sont mobilisés sur le site de la ZAD, contre 2 500 lors de la première vague d'expulsions le 9 avril dernier. Un hélicoptère survole la zone et des équipes cynophiles sont présentes. Selon les informations de franceinfo, 200 à 400 opposants sont présents sur place. L'opération devrait durer deux à trois jours.

06h11 : Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, explique sur Twitter que ces opérations d'expulsion "visent les occupants illégaux ayant refusé de régulariser leur situation en déposant un projet agricole". Des journalistes sur place rendent compte de la situation.

07h19 : Une deuxième opération d'expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes vient de débuter.