Cet article date de plus de dix ans.

Noël Mamère qualifie "d'obscénité politique" le ton de la campagne de Nicolas Sarkozy

Jeudi 25 avril, Noël Mamère a qualifié "d'obscénité politique" la campagne d'entre-deux-tours menée par Nicolas Sarkozy. Le député d'Europe Ecologie reproche au président de la République de reprendre les thématiques du Front national.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Noel Mamère en meeting à Roubaix avec Eva Joly (BERTRAND GUAY / AFP)

Jeudi 25 avril, Noël Mamère a qualifié "d'obscénité politique" la campagne d'entre-deux-tours menée par Nicolas Sarkozy. Le député d'Europe Ecologie reproche au président de la République de reprendre les thématiques du Front national.

Le député écologiste Noël Mamère a dénoncé jeudi ce qu'il a qualifié d'"obscénité politique" du président candidat Nicolas Sarkozy, estimant qu'il "déshonore son pays" en reprenant les thématiques du Front national.

"Je pense que le président candidat, affolé par la perspective de sa défaite, est en train de rejoindre une forme d'obscénité politique", a déclaré le maire de Bègles à l'AFP, en marge d'une distribution de tracts contre l'énergie nucléaire dans le centre de Bordeaux.

"Il fait courir un risque à la droite républicaine et ce pays a besoin d'une droite républicaine", a-t-il ajouté: "En reprenant les thématiques et les mots du Front national le président de la République, qui est encore président de la République jusqu'au 6 mai, déshonore notre pays et met en péril les principes démocratiques".

"On ne peut pas qualifier le Front national de parti républicain lorsqu'il prône la xénophobie, le rejet de l'étranger", a-t-il encore estimé.

"Je suis horrifié de voir que des responsables politiques du plus haut niveau dans la majorité actuelle et au gouvernement ne protestent pas contre cette dérive dangereuse et cette lente descente aux enfers de Monsieur Sarkozy qui entraîne la droite dans cette spirale".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.