"Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice" : la réaction (très) gênante de la suppléante de Nicole Bricq après sa mort

Hélène Lipietz, la remplaçante de Nicole Bricq au Sénat, a réagi sur son blog à la mort de l'ancienne ministre du Commerce extérieur. Le post a suscité de nombreuses réactions. 

Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, le 23 août 2013, lors de l\'université d\'été du Parti socialiste à La Rochelle (Charente-Maritime). 
Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, le 23 août 2013, lors de l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle (Charente-Maritime).  (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

"La mort de Nicole, c'est une farce que me fait la vie." Hélène Lipietz donne le ton. La suppléante de Nicole Bricq au Sénat a réagi de manière surprenante au décès de la sénatrice et ancienne ministre, dimanche 6 août à l'âge de 70 ans. Le billet publié sur le blog de cette élue Europe Ecologie-Les Verts, est titré "Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice... pour six semaines." L'hommage de celle qui avait remplacé Nicole Bricq au Sénat lorsque cette dernière est entrée dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault alterne entre critique et jeux de mots douteux.

Un billet aigre-doux qu'elle assume, malgré les réactions outragées. "Je suis complètement bouleversée, c’est ma façon à moi de le prendre avec légèreté", se justifie Hélène Lipietz auprès de franceinfo. 

Un message "indécent, voire ignoble" pour les internautes 

Une légèreté que de nombreux internautes lui reprochent. Dans son billet, Hélène Lipietz ironise sur les circonstances du décès accidentel de Nicole Bricq, "une chute d'une marche", alors que l'ancienne ministre est l'une des premières à avoir rallié le mouvement En marche !. "Je pense que c'est un clin d'œil du destin, se justifie-t-elle auprès de franceinfo. Comme le fait que mon père soit mort en racontant sa blague favorite."

Dans les commentaires du post, plusieurs internautes dénoncent un message "nombriliste", "indécent, voire ignoble". "Manquer à ce point de décence, de jugeote, de réflexion, mais aussi de cœur, est effrayant", réagit vivement une lectrice. Sur Twitter, les réactions sont aussi indignées. 

"Une copine politique, rien de plus"

Si la suppléante parle d'abord d'une "grande sénatrice" pour évoquer Nicole Bricq - dont elle explique admirer le franc-parler et la façon de travailler – elle refuse d'écrire un hommage dithyrambique. "Je ne vais pas verser des larmes de crocodile, ce serait de l'insulte politique de faire cela, explique-t-elle. C'était une copine politique, rien de plus."

"Je lui rends même hommage dans l’article car elle s'est opposée au projet de forages en Guyane", détaille-t-elle. Mais, quelques lignes plus loin, elle lui reproche d'avoir voulu retourner au Sénat, à sa sortie du gouvernement, "pour être un bon petit soldat du socialisme""Elle a changé d’orientation politique au fil du temps", regrette Hélène Lipietz.  

La suppléante de Nicole Bricq semble surtout inquiète à l'idée de retourner siéger au Sénat. "Les arcanes du droit constitutionnel n’étant pas ma tasse de thé", écrit-elle sur son blog. Lorsque l'ancienne ministre a repris son poste, en 2014, Hélène Lipietz s'est tournée vers la restauration et a ouvert un établissement à Avallon dans l'Yonne. "Retourner au Sénat, voudrait dire laisser à nouveau mon activité, que je suis la seule à porter à bout de bras", soupire-t-elle. Elle ne sait d'ailleurs pas quelle est la procédure à suivre "On ne m'a pas encore rappelée", explique-t-elle à franceinfo. Sur son blog, elle précise qu'elle "ne siégera sans doute pas, la session ordinaire commençant le 2 octobre, avec le renouvellement du Sénat".