Que dit la condamnation de Nicolas Sarkozy sur les institutions de la Ve République ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Que dit la condamnation de Nicolas Sarkozy sur les institutions de la Ve République ?
franceinfo
Article rédigé par
P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison dont un an ferme, lundi 1er mars. Isabelle Le Breton-Falézan, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, spécialiste de la Ve République, était l’invitée du 23h de franceinfo.

Dans le cadre de l’affaire dite "des écoutes", Nicolas Sarkozy est devenu le premier ancien président de la Ve République à être condamné à de la prison ferme, lundi 1er mars. Isabelle Le Breton-Falézan, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, était l’invitée du 23h de franceinfo. Elle a d’abord réagi aux propos de Jordan Bardella (RN) sur "la République des juges". "On est dans le champ lexical et l’argumentaire caractéristique du Rassemblement national. La condamnation en première instance d’un ancien président de la République, compte tenu de son statut, représente une sorte de scandale pour une certaine partie de l’opinion publique. Il y a là une tentative d’activer une fibre populiste."

Une condamnation inédite pour un ancien président

Isabelle Le Breton-Falézan a ensuite poursuivi son propos sur la symbolique de cette décision de justice. "C’est inédit. Jacques Chirac n’avait été condamné qu’à du sursis. Le président de la République est la clé de voûte des institutions. C’est un des trois piliers de notre République que sont la discipline majoritaire, la solidarité gouvernementale et la prééminence présidentielle, a-t-elle décrypté. Toucher au monarque républicain nous en dit long sur une dynamique complexe, de désacralisation de la fonction présidentielle commencée avec Jacques Chirac, qui s’est ensuite poursuivie. Cet ancien président continue d’incarner pour une partie de l’électorat de droite un espoir ou une hypothèse pour 2022, c’est le dernier vote d’adhésion de la droite républicaine."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.