Nicolas Sarkozy souhaite à Gérald Darmanin de "franchir l'étape ultime" qui mène à l'Elysée, dans son nouveau livre

"Le Temps des combats" doit paraître le 22 août. L'ancien chef de l'Etat y évoque entre autres l'Ukraine, la Libye, l'immigration ou encore la justice.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le 13 mai 2023, au Parc des Princes, à Paris. (MATTHIEU MIRVILLE / AFP)

Le nouveau livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des combats (éd. Fayard), paraîtra mardi 22 août. Dans cet ouvrage, l'ancien président de la République revient sur une partie de ses années à la tête de l'Etat, entre 2009 et 2011. Il évoque la guerre en Ukraine, la réforme des retraites, l'immigration, mais aussi la présidentielle de 2027.

D'après les passages de ce livre dévoilés par BFMTV, Nicolas Sarkozy fait l'éloge du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. "Jusqu'à présent, les faits lui ont largement donné raison. Saura-t-il franchir une autre étape, voire l'étape ultime, celle qui mène à la présidence de la République ? Je le lui souhaite, car il a des qualités évidentes", écrit Nicolas Sarkozy.

"L'Ukraine a une vocation de pont entre l'Europe et la Russie"

L'ancien chef de l'Etat ne se montre par ailleurs pas tendre avec Marine Le Pen, ex-candidate du Rassemblement national à la présidentielle. Sur une potentielle alliance avec son parti, Nicolas Sarkozy estime que ce "serait une erreur", dans un long entretien accordé au Figaro. "Le problème n'est pas la supposée appartenance de Marine Le Pen à l'extrême droite (...) Le problème, c'est que trop de choses nous séparent d'elle (...) Elle n'a, par ailleurs, ni l'entourage ni l'expérience pour assumer de telles fonctions."

Au sujet de la guerre en Ukraine, "c'est le devoir du président français de conserver ouverte la voie du dialogue avec la Russie", juge Nicolas Sarkozy dans son livre. "L'Ukraine a une vocation de pont entre l'Europe et la Russie", estime l'ancien président auprès du Figaro. Et sur l'adhésion de Kiev à l'Union européenne, il ne pense pas que ce soit sa "vocation"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.