Cet article date de plus de neuf ans.

Nicolas Sarkozy promet d'être un "président différent" s'il est réélu et se dit confiant

Nicolas Sarkozy promet, s'il est réélu, d'être un "président différent" dans une interview publiée, jeudi 29 mars, par Paris-Match. Le candidat de l'UMP estime aussi que la dynamique de la campagne pour la présidentielle est désormais en sa faveur.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy tient meeting à Rueil-Malmaison (Ile-de-France), le 24 mars 2012. (AFP - Eric Feferberg)

Nicolas Sarkozy promet, s'il est réélu, d'être un "président différent" dans une interview publiée, jeudi 29 mars, par Paris-Match. Le candidat de l'UMP estime aussi que la dynamique de la campagne pour la présidentielle est désormais en sa faveur.

S'il est toujours donné battu au second tour de la présidentielle le 6 mai, le président sortant devance désormais dans plusieurs sondages son adversaire socialiste, François Hollande, au premier tour.

Mais ce n'est pas la raison pour laquelle Nicolas Sarkozy affiche sa confiance. Dans un entretien à l'hebdomadaire Paris Match, le chef de l'Etat explique que cette confiance lui "vient de l'accueil des Français". Il évoque aussi plusieurs mesures de sa seconde mandature, s'il est réélu.

L'impression du terrain

"La dynamique est aujourd'hui de notre côté", estime M. Sarkozy.

Evoquant l'accueil des Français, le président sortant ajoute : "Cela fait 35 ans que je fais de la politique (...) Jamais je n'ai ressenti une telle mobilisation du peuple français."

Nouveau mandat, nouveau président

Estimant que la principale de ses erreurs a été de "penser" qu'il était encore ministre et assurant que ses cinq années déjà passées à l'Elysée l'ont apaisé, M. Sarkozy assure : "Oui, je serai différent (...) D'abord parce que j'aurai déjà été président pendant cinq ans", commente-t-il.

"Et on ne reproduit pas les erreurs qu'on a pu commettre", ajoute-t-il.

Pas de hausse d'impôts et un nouveau statut des enseignants

Sur le fond le candidat Sarkozy promet que s'il est de nouveau désigné, "il n'y aura aucune augmentation nouvelle d'impôts".

Il indique aussi que ces trois premières réformes seront la mise en place d'un nouveau statut des enseignants, avec la possibilité de passer plus de temps auprès des enfants en difficulté, une refonte de la formation professionnelle pour les chômeurs et la conclusion d'accords compétitivité-emploi fixant les salaires, la durée et les aménagements du travail dans l'entreprise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.