"Vous êtes sérieux ?" : en annonçant sa démission, Nicolas Hulot provoque la surprise des ministres et des journalistes

Ni Emmanuel Macron, ni Édouard Philippe n'étaient au courant de la décision du ministre d'État de quitter le gouvernement, qui a fait part de sa décision au micro de France Inter.

Nicolas Demorand et Léa Salamé réagissent après l\'annonce de la démission surprise de Nicolas Hulot à l\'antenne de France Inter, le 28 août 2018.
Nicolas Demorand et Léa Salamé réagissent après l'annonce de la démission surprise de Nicolas Hulot à l'antenne de France Inter, le 28 août 2018. (FRANCE INTER)

Nicolas Hulot a pris tout le monde de court, mardi 28 août, en annonçant sa démission de son poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, en direct de la matinale de France Inter. "Je prends la décision de quitter le gouvernement, a-t-il déclaré, je ne veux plus me mentir. (...) C’est une décision entre moi et moi, personne n'était au courant." Ni Emmanuel Macron, ni Édouard Philippe. Pas même sa "propre épouse".

>> Démission de Nicolas Hulot : suivez les réactions à son départ du gouvernement dans notre direct

Le gouvernement n'était pas au courant 

Matignon a confirmé au Monde qu'Édouard Philippe n'était pas au courant de cette décision. "Ce n'est pas très protocolaire, a concédé Nicolas Hulot. Si j'avais prévenu Édouard Philippe et Emmanuel Macron de ma démission, ils m'en auraient peut-être dissuadé."

Des membres du gouvernement, invités sur les plateaux de différentes matinales, n'ont pu cacher leur stupeur en découvrant la nouvelle en direct. "C'est une plaisanterie ?", a ainsi réagi Marlène Schiappa sur Radio Classique.

"Je n'étais pas prévenu", a également indiqué Benjamin Griveaux sur BFMTV. "La moindre des courtoisie aurait été de prévenir le président de la République", a taclé au passage le porte-parole du gouvernement.

La stupeur des journalistes

Sur le plateau de France Inter, les journalistes ne s'attendaient pas non plus à cette annonce. "Vous êtes sérieux ?", s'est même exclamée Léa Salamé, tant la déclaration de Nicolas Hulot n'était "pas verouillée", mais "totalement sincère". "C'est vrai qu'on avait senti quelque chose de particulier, de différent, une colère froide, a expliqué la coprésentatrice de la matinale. Mais à aucun moment on a senti qu'il allait nous annoncer sa démission."

S'il dit avoir mûri cette décision depuis plusieurs mois, Nicolas Hulot lui-même n'avait pas prévu de lâcher une telle annonce lors de la matinale de France Inter, à en croire le récit de l'éditorialiste Thomas Legrand, qui l'a raccompagné à l'extérieur du studio de la radio. "Il n'avait pas décidé, en rentrant dans le studio, s'il allait le dire ou pas, a-t-il expliqué à franceinfo. Sa décision de démissionner était prise, mais de l'annoncer à ce moment-là, certainement pas."