VIDEO. "Il l'a fait en sachant ce qu'il faisait" : Agnès Buzyn tacle le patron d'"Ebdo" Thierry Mandon sur l'affaire Hulot

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a expliqué, vendredi sur franceinfo, que l'ex-ministre PS Thierry Mandon est le fondateur du journal "Ebdo" qui a révélé les accusations d'agression et de harcèlement sexuels dont fait l'objet Nicolas Hulot.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Dans l'affaire qui touche Nicolas Hulot, le journal Ebdo "n'apporte pas de faits. Il insinue, il colporte une rumeur sur des faits qui ont été classés sans suite", a dénoncé Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé, vendredi 9 février dans le 8h30 Toussaint-Apathie sur franceinfo. La veille, Nicolas Hulot a démenti des accusations d'agression et de harcèlement sexuels le visant avant même leur publication dans le journal Ebdo, évoquant des "rumeurs ignominieuses".

Un ancien ministre fondateur du journal

Le journal Ebdo "a été fondé par un ancien ministre Thierry Mandon, [actuel directeur de la publication du journal] qui a quitté le gouvernement en 2012, a d'abord lancé Agnès Buzyn, avant d'expliquer qu'"il connaît bien l'impact de ces affaires sur un ministre et un homme politique. Il l'a fait en sachant ce qu'il faisait en publiant ce type d'information." La ministre des Solidarités et de la santé a "un doute. Thierry Mandon était un ministre du gouvernement précédent qui n'était pas extrêmement connu comme Nicolas Hulot peut l'être et il sait exactement l'impact que cela peut avoir et je pense que là il y a un vrai choix stratégique de l'éditeur de ce journal".

Selon Agnès Buzyn, "le journal 'Ebdo' cherche à faire le buzz. C'est un nouveau journal, c'est difficile quand on crée un nouveau journal d'exister sur la place de Paris". Selon la ministre, cette affaire "lui permet d'être connu des Français".

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé, le 9 février 2018.
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé, le 9 février 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)