Municipales : Pau vedette de notre #B@romètre

NOUVEAUTE | Chaque semaine France Info et Semiocast livrent un baromètre des municipales sur les réseaux sociaux en partenariat avec l'Observatoire du webjournalisme. Quelles sont les villes où l'on tweete le plus, qui sont les candidats les plus populaires sur les réseaux sociaux, quels sont les grands thèmes de cette campagne pour les internautes ? Découvrez les résultats.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Cliquez sur les villes pour plus de détails

Cette première semaine, sans surprise (compte tenu du bassin de population) Paris se trouve en tête du baromètre France Info-Semiocast , en partenariat avec l'Observatoire du web, avec 44.000 tweets recensés sur la campagne et les candidats. Viennent ensuite Marseille et Bordeaux, avec plus de 5.000 tweets chacune.

Pour les villes de moins de 150.000 habitants, Pau tient la vedette (19.200 tweets), du fait du soutien surprise et controversé de l'UMP à François Bayrou.

Les points saillants

À Paris, les deux principales candidates écrasent la concurrence avec 40% et 38% des tweets récoltés. 58% des sujets évoquant Paris concernent directement la campagne.

Le lancement de campagne du candidat UMP-Modem de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, s'accompagne d'une bonne retombée sur le réseau : 55% des messages et les trois articles les plus partagés. Même chose pour la candidate UMP de Nantes, Laurence Garnier (59% du trafic) qui présente sa liste, avec une polémique étonnante sur le nombre précis de colistiers.

 

On retrouve la même composition de conversation sociale à Marseille, numéro 2 du classement, Patrick Mennucci et Jean-Claude Gaudin cumulent 50 et 44% des tweets et la part dominante des messages concerne la campagne.

Dans d'autres villes de notre top 10 (Bordeaux 3e Lyon 4e, Nice 6e, Lille 9e), le maire sortant est très confortablement installé en tête de la conversation sur Twitter avec environ 70% des messages.

Enfin, on constate l'importance des tweets que nous avons classés dans la catégorie "terrain". Il s'agit souvent de messages de candidats ou de sympathisants qui se félicitent des expériences de campagne concrètes et utilisent ainsi les réseaux sociaux pour dynamiser leurs troupes : meetings, porte-à-porte, réunions d'appartement. Exemple à Toulouse avec la candidate UMP Christine de Veyrac.

Ou à Montpellier avec l'équipe du candidat dissident PS Philippe Saurel :

Pau en tête du Tweetomètre

Pour les villes de moins de 150.000 habitants, la ville de Pau figure cette semaine en tête de notre Tweetomètre. À partir du 17 janvier, décolle le nombre de messages évoquant tout à la fois (dans différentes combinatoires possibles) Bayrou, Pau, Copé, UMP, accord électoral.

Tout part de l'annonce officielle du soutien de l'UMP à la liste préparée par le dirigeant du Modem François Bayrou, qui s'était illustré en 2012 par son appel à voter Hollande au second tour de la présidentielle, contre Nicolas Sarkozy.

Conséquence François Bayrou écrase la concurrence, puisqu'il génère à lui seul 95% des messages évoquant le nom d'un des candidats locaux, avec plus de 15.000 messages intégrés à notre baromètre. Mais le fait majeur à noter est la violence des attaques et réprobations qui s'expriment.

Les mots-clés de ces messages évoquent la "trahison ", le "félon ", "la girouette ". Les militants et sympathisants UMP évoquent aussi leurs réactions quasi viscérales très liées à l'indigestion : "C'est pas une couleuvre qu'il faut avaler, mais un boa ".

Dans beaucoup de villes, les internautes reprochent aux candidats sur Twitter, souvent les maires sortants, leurs prises de position sur des sujets sensibles comme le cumul des mandats, l'avortement, le mariage homosexuel. C'est d'ailleurs ce dernier sujet qui fait le buzz à Nîmes et classe la ville 6e de notre baromètre.