Municipales : les surprises de ce premier tour

La victoire du FN à Hénin-Beaumont, la performance des Verts à Grenoble, le désaveu pour le PS à Marseille ou la surprise NKM à Paris, franceinfo.fr fait le point sur les principales surprises de ce premier tour des élections municipales.

(Profil Facebook d'Eric Piolle Autre)

Hénin-Beaumont passe sous la bannière FN

Les sondages donnaient certes une longueur d'avance à Steeve
Briois pour le premier tour à Hénin-Beaumont mais pas au point de remporter la
mairie dès ce dimanche. Le secrétaire général du Front national a obtenu un
score historique de 50,26% des voix, devançant largement le maire sortant DVG
Eugène Binaisse.

À lire aussi ►►► Ces villes où le FN arrive en tête

Les Verts devant le PS à Grenoble

Le candidat EELV de Grenoble pourrait bien devenir le
premier maire écologiste d'une grande ville française. Eric Piolle, allié au
Parti de gauche, est arrivé en tête du premier tour ce dimanche avec 29,41% des
voix devant le socialiste Jérôme Safar (25,31%). L'UMP Matthieu Chamussy pointe
à la troisième place avec 20,86 des suffrages exprimés.

Ce résultat est
clairement un désaveu pour le Parti socialiste après 19 ans de gouvernance à
Grenoble. Si les deux candidats de gauche ne parviennent pas à s'attendre, la
capitale dauphinoise pourrait connaître une quadrangulaire dimanche prochain.

Patrick Mennucci en troisième homme

Patrick Mennucci, symbole du désaveu infligé ce dimanche au
gouvernement ? Le candidat socialiste à Marseille est arrivé en 3e position avec
seulement 20,77% des voix.

Alors que le PS voulait faire de la ville un symbole
de reconquête, le député arrive largement derrière le maire sortant UMP
Jean-Claude Gaudin et se retrouve à trois points derrière le candidat du Front
national, Stéphane Ravier. Le dernier sondage publié la semaine dernière
donnait pourtant Patrick Mennucci à 28% des intentions de vote.

À lire aussi ►►►Marseille : Gaudin largement en tête, revers pour Mennucci

NKM devant Hidalgo à Paris

A Paris aussi, les sondages ont mal jaugé le duel Anne
Hidalgo / Nathalie Kosciusko-Morizet. Alors que les instituts donnaient la
candidate socialiste en tête du premier tour, c'est son adversaire UMP qui
arrive en pôle position avec 35,64% des voix contre 34,40%.

Reste que l'élection
parisienne ne se joue pas au nombre de voix sur obtenus sur l'ensemble de la
capitale mais en fonction des résultats dans les arrondissements.
Mathématiquement, Anne Hidalgo reste en bonne position pour remporter la
mairie.

À lire aussi ►►► Paris : NKM devant Hidalgo qui garde toutes ses chances

Fin de règne à Niort 

A Niort, la ville a basculé à droite après 60 ans de règne de la gauche. Jérôme Baloge (UDI) s'est imposé avec plus de 54 % des voix. 

Les socialistes qui échappent à la crise

Si la gauche est en recul dans la plupart des villes,
certains socialistes ont réussi à échappé au vote-sanction. C'est le cas du
ministre du Travail, Michel Sapin, qui l'emporte dès le premier tour à
Argenton-sur-Creuse. Laurent Fabius a également été réélu ce dimanche à
Grand-Quevilly, tout comme Claude Bartolone au Pré-Saint-Gervais et François
Pupponi à Sarcelles.

Egalité parfaite entre deux candidats à Dannemarie

Résultat rarissime dimanche soir à Dannemarie, petite commune alsacienne de 2.300 habitants, proche de Mulhouse : le
maire sortant, Paul Mumbach, et son opposant, Frédéric Hug (tous deux sans
étiquette), ont recueilli chacun 468 voix.

"C'est sans doute la même probabilité que de gagner au loto , a commenté Paul  Mumbach, considéré avant le premier tour comme favori. Quand je
pense que j'ai refusé un électeur qui s'est présenté pour voter 30 secondes
après 18h...
" Les deux camps ont appelé la préfecture pour savoir ce qui était prévu pour faire face à un tel cas de figure : les deux listes devront finalement être départagées par un second tour dimanche prochain.

CARTE INTERACTIVE ►►►  Retrouvez les résultats des municipales dans toutes les communes de France via notre moteur de recherche en cliquant ici.