Mort de Michel Charasse : "Je suis le dernier à l'avoir vu vivant, et c'est très douloureux", témoigne Jean-Paul Bacquet

De nombreuses figures politiques, dont l'ancien député socialiste du Puy-de-Dôme Jean-Paul Bacquet, rendent hommage vendredi à Michel Charasse, mort dans la nuit à l'âge de 78 ans.

Jean Paul Bacquet, député-maire de Coudes dans le Puy-de-Dôme (G), Michel Charasse (C) et Jean-Louis Debré, président du conseil constitutionnel (D), lors d\'une remise de prix des Mariannes d\'Or à Paris en 2012.
Jean Paul Bacquet, député-maire de Coudes dans le Puy-de-Dôme (G), Michel Charasse (C) et Jean-Louis Debré, président du conseil constitutionnel (D), lors d'une remise de prix des Mariannes d'Or à Paris en 2012. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)

"C'est toute une page d'une profonde amitié qui se tourne", s'est attristé vendredi 21 février sur France Bleu Pays d'Auvergne l'ancien député socialiste du Puy-de-Dôme Jean-Paul Bacquet après la mort de son ami proche Michel Charasse, qui fut notamment ministre du budget sous la présidence de François Mitterrand.

Michel Charasse et Jean-Paul Bacquet étaient souvent conviés au Lac Chauvet, là où l'ancien président François Mitterrand avait pris l'habitude de venir se ressourcer dès les années 1970 avec un cercle d'amis auvergnats.

Je ressens une profonde douleur, je suis le dernier survivant de l'équipe initiale du Lac Chauvet.Jean-Paul Bacquet, ancien député socialiste du Puy-de-Dômeà France Bleu

Jean-Paul Bacquet a indiqué avoir suivi Michel Charasse pendant toute sa maladie. "Je suis d'ailleurs le dernier à l'avoir vu vivant hier soir, et c'est très douloureux", s'est-il ému. L'ancien député socialiste a tenu à saluer chez son ami "le courage de dire les choses telles qu'il les ressentait""Ça blessait quelques fois, parce qu'il ne mettait pas toujours la forme, mais je préfère ça aux bénis-oui-oui", a-t-il ajouté.

C'était quelqu'un d'atypique mais très courageux sur les choix politiques qu'il a fait. Jean-Paul Bacquet

"Un grand serviteur de l'État"

Depuis la nouvelle de la mort de l'ancien ministre, les réactions politiques se multiplient sur Twitter. "La République pleure ce jour un de ses serviteurs les plus passionnés", a réagi le président de la République Emmanuel Macron : 

Le Premier ministre Édouard Philippe salue pour sa part un "symbole de l'amitié et de la fidélité en politique". La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, rend hommage à "un ardent défenseur de la laïcité, des territoires et d'une certaine idée de la République". Pour le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, "la France et le Puy-de-Dôme perdent l’un de leurs grands serviteurs".

Dans un communiqué de presse, le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi retient "très ému", "les avis et les conseils qu'il avait l'amitié de bien vouloir me donner""La France perd un grand serviteur de l'État, l'Auvergne perd un de ses enfants les plus fidèles à ses racines et la République un de ses défenseurs les plus intraitables et les plus acharnés", poursuit Olivier Bianchi. "Puisse ton idéal républicain et laïc pour la France et ses institutions te survivre longtemps !", écrit-il.