Mort de Marielle de Sarnez : à gauche comme à droite, la classe politique salue la personnalité et l'engagement de la députée

"La France perd une responsable politique de grand talent", réagit Emmanuel Macron, "un choc pour tous", commente Marine Le Pen, "une grande tristesse" pour Jean-Luc Mélenchon. Le décès de l'ancienne ministre des Affaires européenne fait également réagir Michel Barnier, négociateur du Brexit, qui salue son "courage politique".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Marielle de Sarnez, députée et ancienne ministre des Affaires europénnes, en juin 2017. (BENJAMIN CREMEL / AFP)

"La France perd une responsable politique de grand talent. Nous perdons une amie, écrit Emmanuel Macron sur Twitter après l'annonce de la mort de Marielle de Sarnezdéputée et ancienne ministre chargée des Affaires européennes à 69 ans. Ancienne vice-présidente du Modem, elle présidait la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Le président "salue sur Twitter l'"artisane inlassable du centre, combattante passionnée de l’Europe. [...] Pensées à sa famille et à ses compagnons de route."

"Notre chagrin est immense", a tweeté le président du MoDem, François Bayrou en annonçant mercredi soir la mort de celle qui fut son bras-droit en politique, et dont il était inséparable depuis 1993.

"La famille centriste lui doit beaucoup pour sa force, son analyse perçante et son courage constant. La France et l’UE perdent une excellente députée", a tweeté Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI.

L'ancienne ministre des Affaires européennes "était notre sœur en Giscardisme", tweete Jean-Pierre Raffarin. "D’une vive intelligence elle était une femme de convictions, à l’aise dans la complexité politique. Son caractère affirmé n’affaiblissait en rien une générosité chaleureuse. Marielle avait l’amitié heureuse. Profonde peine", témoigne l'ancien Premier ministre, cadre historique de l'UMP.

"Marielle de Sarnez avait l’énergie militante, le courage politique et une passion européenne. De tout cœur, je partage la peine de sa famille et de ses amis", a tweeté Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit.

Jean-Luc Mélenchon fait, lui, part de sa "grande tristesse". "Marielle de Sarnez nous est retirée. Honneur à une adversaire exemplaire de loyauté, de respect des autres et de créativité. Le service du pays perd une utile influence discrète", écrit le chef de file de La France Insoumise dans un tweet.  

La députée LFI de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain, évoque elle aussi sa "tristesse", décrivant "une femme respectée et respectable" qu'elle dit avoir "apprécié comme présidente de commission à l'Assemblée nationale. Nos désaccords politiques étaient connus mais je garde en mémoire une femme intelligente, de conviction, profondément humaine", a-t-elle tweeté.

"Marielle de Sarnez avait à l’Assemblée nationale le respect de tous. Je sais combien elle a compté dans la vie du MoDem, a tweeté de son côté Olivier Faure, premier secrétaire du PS. Elle fut la combattante obstinée au côté de son président. J’imagine le chagrin de sa famille, de François Bayrou, de tous ceux qui ont cru en et avec elle. Sincères condoléances".

"Le décès de Marielle de Sarnez est un choc pour tous. Au-delà de nos divergences politiques, elle était une Présidente de commission investie, respectueuse et attentive à tous les députés, salue Marine Le Pen. Je présente mes sincères condoléances à sa famille, ses proches et à sa famille politique", déclare la présidente du Rassemblement national du Twitter.

"Mes pensées sincères à sa famille, ses proches et sa famille politique", a exprimé sur Twitter, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.