Cet article date de plus de cinq ans.

Moralisation de la vie politique : René Dosière défend "un texte important, fondateur de ce quinquennat"

René Dosière, député apparenté PS, auteur d'un plan sur la moralisation de la vie politique, a décrit son travail lundi à franceinfo. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
René Dosière, président de l’Observatoire de l’éthique publique et ancien député socialiste, à Paris le 22 mai 2017.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Le député apparenté PS de l'Aisne, René Dosière, a présenté lundi 22 mai un plan de moralisation de la vie politique durcissant notamment les règles de financement des partis et interdisant les emplois familiaux. Ce spécialiste des dépenses publiques a remis ses propositions au nouveau ministre de la Justice, François Bayrou, qui prépare un projet de loi.

Ce dernier "est tout à fait déterminé parce que c'est un domaine dans lequel il travaille depuis longtemps", a expliqué sur franceinfo, René Dosière, après sa rencontre avec le Garde des sceaux. "Je pense que ce texte sera un texte important, fondateur de ce quinquennat", a-t-il ajouté.

franceinfo : François Bayrou vous a-t-il semblé déterminé à changer les choses dans ce domaine ?

René Dosière : Oui, il est tout à fait déterminé parce que c'est un domaine dans lequel il travaille depuis longtemps. Et puis c'est une proposition-phare pour ce gouvernement que de commencer un quinquennat en s'appuyant sur un socle concernant la moralisation de la vie politique.

Après la désastreuse campagne présidentielle qui vient de s'écouler, on a vraiment besoin de montrer à l'opinion publique que la vie politique ce n'est pas uniquement des dérives d'argent ou un enrichissement personnel ou un emploi fictif.

René Dosière, député apparenté PS de l'Aisne

à franceinfo

Donc, bien entendu, je pense que ce texte sera un texte important, fondateur de ce quinquennat.

Le chef de file des députés LR, Christian Jacob, a déclaré refuser "de tomber de tomber dans ce populisme" consistant à "taper sur les parlementaires en permanence". Qu'en pensez-vous ?

Mes propositions répondent à des défauts de la législation actuelle. Si Monsieur Jacob lisait comme moi les rapports de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique et ceux de la Commission nationale des comptes de campagne, il s'apercevrait qu'il y a un certain nombre d'observations qui montrent que les textes existants sont bons mais qu'il faudrait préciser telle ou telle chose. C'est dans cet esprit-là que j'ai formulé un certain nombre de propositions. L'objectif n'est pas de faire du populisme. Quand, par exemple, on dit que les parlementaires disposent d'une enveloppe de frais qu'ils doivent dépenser pour des frais professionnels, l'opinion publique a besoin d'être rassurée que c'est bien le cas. Je propose donc qu'il y ait davantage de transparence là-dessus. Il importe que l'Assemblée soit exemplaire.

Seriez-vous déçu si vos propositions n'étaient pas retenues ?

Un parlementaire qui fait des propositions sait qu'elles ne sont jamais retenues intégralement : on en retient certaines, on en rajoute, c'est la règle du jeu. C'est une contribution que j'ai faite sur un sujet que je connais bien. Maintenant, c'est la responsabilité du ministre et du gouvernement de faire leur choix et de proposer un texte.

"L'objectif n'est pas de faire du populisme. (...) Il importe que l'Assemblée soit exemplaire", René Dosière, député apparenté PS à franceinfo.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moralisation de la vie politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.