Gouvernement : quelles mesures pour la moralisation de la vie politique ?

Un des objectifs d'Emmanuel Macron est la moralisation de la vie politique. Alors, est-ce une révolution ? France 2 vous explique sur quoi repose son projet.

France 2

Une loi pour en finir avec une vie politique marquée par les récentes affaires : soupçons d'emplois fictifs visant Penelope Fillon, les filles adolescentes du député socialiste Bruno Le Roux embauchées à l'Assemblée ou l'enquête sur les assistants parlementaires du FN au Parlement européen. Pour le ministre de la Justice aujourd'hui, il est urgent de s'attaquer à la moralisation de la vie publique en France. "La démocratie est empoisonnée dès qu'il y a des soupçons", assure François Bayrou.

Interdiction d'employer un proche pour tout élu ou ministre

Première mesure : la fin des emplois familiaux au Parlement. Interdiction d'employer un proche pour tout élu ou ministre. Une mesure démagogique pour le chef de file des députés Républicains à l'Assemblée. "Je refuse d'aller dans ce populisme où c'est très facile de taper sur les parlementaires en permanence", assure Christian Jacob. Des parlementaires qui seront aussi beaucoup plus encadrés dans leurs mandats. Interdiction d'avoir une activité de conseil pour empêcher les conflits d'intérêts, plus un contrôle de leurs frais renforcé. Dès demain, lundi 22 mai, le nouveau ministre de la Justice recevra les associations anticorruption pour préparer la première loi du quinquennat. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de la Justice, François Bayrou, à Paris, le 18 mai 2017.
Le ministre de la Justice, François Bayrou, à Paris, le 18 mai 2017. (JULIEN MATTIA / AFP)