Cet article date de plus de neuf ans.

Montebourg "se prononcera" après consultation d'Aubry et Hollande

Arnaud Montebourg "se prononcera, une fois achevée la consultation avec" Hollande et Aubry. Son entourage l'a fait savoir jeudi à l'AFP, alors qu'un de ses porte-parole avait annoncé plus tôt qu'il n'y aurait "pas de consigne de vote".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Arnaud Montebourg (AFP)

Arnaud Montebourg "se prononcera, une fois achevée la consultation avec" Hollande et Aubry. Son entourage l'a fait savoir jeudi à l'AFP, alors qu'un de ses porte-parole avait annoncé plus tôt qu'il n'y aurait "pas de consigne de vote".

"La position d'Arnaud Montebourg est de ne pas donner d'indications de vote tant que l'ensemble du processus qu'il a défini n'est pas achevé, (et en particulier l'examen des réponses à la lettre ouverte adressée aux deux candidats présents au second tour)", selon une déclaration écrite à l'AFP.

Géraud Guibert, le porte-parole d'Arnaud Montebourg, avait pourtant dit plus tôt jeudi sur RTL : "Il ne donnera pas de consigne de vote, c'est la ligne directrice qu'il a depuis le début. A titre personnel, c'est à lui d'apprécier s'il souhaite faire part de son vote."

Un article paru mercredi soir sur le site internet de Libération prêtait à Arnaud Montebourg l'intention de soutenir "à titre personnel" François Hollande. Arnaud Montebourg asur Twitter : "Je suis surpris qu'on me prête une décision de soutien à l'un ou l'autre des candidats, que je n'ai pas prise".

Avec 17% des voix dimanche dernier au 1er tour, Montebourg en position d'arbitre
Le député de Saône-et-Loire avait créé la surprise au premier tour de la primaire, dimanche dernier, en recueillant 17,2% des suffrages. Celui qui est considéré comme un des arbitres du second tour conditionnait sa décision à la prise en compte par les deux candidats de ses thèmes de campagne (dont la VIe République et démondialisation) et au débat télévisé qui les a opposés mercredi soir.

« Arnaud Montebourg ne considère pas qu'il est propriétaire des votes de ses électeurs et donc il considère qu'il n'a pas de consignes à donner à ses électeurs qui sont libres de faire leur choix en toute connaissance de cause en fonction des éléments qui sont apportés par les deux candidats restant en lice », a indiqué son porte-parole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.