Cet article date de plus de neuf ans.

Montebourg s'explique sur Florange : "Je reste à mon poste de combat"

Alors que vendredi soir les annonces du Premier ministre allaient à l'encontre des pistes proposées par Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif s'est expliqué samedi soir dans le journal télévisé de TF1. Il ne se sent pas désavoué, revendique le soutien de François Hollande, et indique que la nationalisation temporaire reste sur la table si Mittal ne respecte pas ses engagements.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le ministre du Redressement productif a été reçu "longuement " samedi matin par le président de la République, a-t-il indiqué samedi soir sur le plateau du JT de TF1, comme pour montrer qu'il bénéficie bien du soutien du chef de l'État. Selon lui, François Hollande a déclaré que "la question de la nationalisation temporaire restait sur la table car c'est une arme dissuasive. Si Mittal ne tient pas ses engagements, l'Etat prendra ses responsabilités ", a expliqué Arnaud Montebourg.

La veille, les annonces du Premier ministre concernant le nouvel engagement d'ArcelorMittal à Florange étaient tellement différentes des propositions d'Arnaud Montebourg, que certains ont pris cela pour un possible désaveu de Jean-Marc Ayrault. Samedi Matignon s'est fendu d'un communiqué pour soutenir son ministre. "*Si j'avais du me sentir désavoué, je n'aurais pas été le seul car 63% des Français soutenaient cette proposition ">  

*

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.