Cet article date de plus de neuf ans.

Montebourg en marinière dope les ventes d'Armor-Lux

En posant en marinière vendredi à la Une du Parisien Magazine, le ministre du Redressement productif ne s'attendait sans doute pas à lancer une mode. Les ventes de marinières, fabriquées par la société bretonne Armor-Lux, se sont envolées. Instantanément.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Autre)

Laurence Parisot l'a trouvé " très
sexy
" , tandis que d'autres relevaient son côté Jean-Paul Gaultier. Une
chose est sûre : en posant en marinière à la Une du supplément magazine du Parisien,
samedi
,** Arnaud Montebourg a fait son petit effet. Et pas seulement dans
le landernau médiatico-politique parisien : la marinière est devenue
instantanément le dernier vêtement à la mode, selon la société bretonne qui les
fabrique.

Armor-Lux relève que ses ventes ont
progressé de 60 à 65 % sur la seule journée du samedi 20 octobre, par
rapport au samedi précédent. La flambée a surtout été mesurée sur les ventes en
ligne : 7.000 connexions dans la journée, contre une moyenne de 2.000
habituellement, selon Jean-Guy Le Floc'h, patron de l'entreprise bretonne.

Les responsables d'Armor-Lux ont également suivi, heure par heure, l'engouement
pour ces maillots à rayures dans leurs 50 boutiques en France. " Incroyable "
: Jean-Guy Le Floc'h n'en revient pas. " La marinière devient un basique
de l'habillement en France, même si ce n'est pas encore comme le jean
" ,
relève le chef d'entreprise, qui s'attend à une envolée des ventes pour les fêtes
de fin d'année.

Vareuse, chaussons et body

Fondée il y a plus de 70 ans (1938)
à Quimper sous le nom de Bonneteries d'Armor, Armor-Lux a été rachetéz en 1993
par Jean-Guy Le Floc'h (ancien cadre du groupe Bolloré) qui a relancé
l'activité. L'entreprise, qui a réalisé 82 millions d'euros de chiffre
d'affaires en 2011 (contre 19 millions en 1993), emploie 600 personnes dont 380
dans ses usines de Quimper.

Outre les marinières, classiques ou fluo, Armor-Lux fabrique aussi des vareuses, des slips, des chaussons et propose même une ligne de body pour les marins en herbe... De quoi donner quelques idées à Arnaud Montebourg pour ses prochaines campagnes de promotion du "made in France".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.