Montebourg dément avoir engagé un détective pour discréditer un adversaire politique

Le détective cité par le journaliste Valentin Spitz et l'ancien ministre démentent les informations contenues dans l'ouvrage "Montebourg, Moi président".

Arnaud Montebourg lors d\'une conférence de presse sur l\'avenir d\'Alstom, à Paris, le 20 juin 2014.
Arnaud Montebourg lors d'une conférence de presse sur l'avenir d'Alstom, à Paris, le 20 juin 2014. (ERIC PIERMONT / AFP)

Arnaud Montebourg a-t-il eu recours à un détective privé pour torpiller un adversaire lors des élections législatives ? Que nenni, répondent mardi 2 septembre l'élu et le détective, après des révélations du journaliste Valentin Spitz.

Dans un passage de Montebourg, Moi président (à paraître le 10 septembre aux éditions de l'Archipel), le journaliste écrit que "Montebourg a engagé Roger-Marc Moreau, un détective, pour enquêter", pendant les législatives de 2007, sur son adversaire de l'UMP, Arnaud Danjean. Il précise que "l'homme en question est à la tête d'un cabinet assez connu à Chalon [en Saône-et-Loire], auquel Montebourg aurait déjà eu recours, comme Moreau le confirmera bientôt à Danjean, avec ses excuses". Valentin Spitz ajoute avoir appelé Arnaud Montebourg pour lui demander confirmation et l'ex-ministre aurait répondu : "Oui, bien sûr, c'est vrai".

"Je n'ai jamais enquêté sur un adversaire"

Mais Arnaud Montebourg et le détective démentent catégoriquement. L'ancien ministre de l'Economie et du Redressement productif parle d'"un amalgame déshonorant et une présentation diffamatoire", selon Le Scan. Il ajoute : "Je n'ai jamais enquêté sur un adversaire." Quant au détective, il affirme n'avoir fait aucune confidence à Arnaud Danjean : "Nous nous sommes rencontrés lors d'un dîner chez des amis en commun. Il m'a demandé si j'enquêtais sur lui. Je lui ai dit 'non'".