Rejet de la candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne : "C’est le vote des mauvais perdants", estime Nathalie Loiseau

La tête de liste LREM aux dernières élections européennes estime que le vote des députés du Parlement qui ont écarté la candidature de Sylvie Goulard relève de "la petite politique".

Nathalie Loiseau au Parlement européen à Strasbourg, en septembre 2019.
Nathalie Loiseau au Parlement européen à Strasbourg, en septembre 2019. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

"Cela n’a rien à voir avec elle mais avec les petites revanches qui ont été prises par les uns et les autres" : Nathalie Loiseau, députée européenne LREM, estime que le rejet de la candidature de Sylvie Goulard comme commissaire européenne au Marché intérieur, jeudi 10 octobre, "c’est le vote des mauvais perdants". Sylvie Goulard, ex-ministre désignée pour siéger dans la future Commission européenne par le président français Emmanuel Macron, a été recalée par 82 voix contre, 29 pour, et une abstention par les eurodéputés qui l'avaient auditionnée pour la seconde fois

"C’est un coup dur, estime Nathalie Loiseau, ancienne ministre des Affaires européennes et tête de liste LREM aux européennes. Le Parlement n’a pas reconnu la grande compétence et la grande motivation de Sylvie Goulard. Il y a beaucoup de petite politique."

"Arrières pensées politiques"

Nathalie Loiseau pointe "un souci de transparence et d’intégrité". "Ce qui me gêne dans le fonctionnement du Parlement européen c’est qu’on demande à des députés de se transformer en magistrats. Je ne suis pas magistrat, je connais Sylvie Goulard, je suis certaine de sa bonne foi et de son intégrité mais je ne suis pas en capacité de la juger". Face à cette situation, Nathalie Loiseau fait une proposition : "Il faut impérativement que, dans les institutions européennes, on mette en place la même chose que ce qui existe au niveau national : une Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Sinon, ce sont des politiques qui jugent d’autres politiques avec des arrières pensées politiques".

Nathalie Loiseau dénonce l’action de certains députés européens français : "La France Insoumise, le Rassemblement national et Les Républicains se sont alliés dans un travail de sape qui va à l’encontre de l’influence de la France en Europe. Nous sommes le seul pays où des députés tirent contre leur camp."

"Défaite mauvaise"

"C’est le vote des mauvais perdants, dénonce-t-elle. Ce n’est pas un secret que le patron de la droite européenne Manfred Weber a la défaite mauvaise : il voulait être président de la Commission, il ne l’a pas été. Il préfère faire des dégâts que de construire l’Europe de demain. Quand il y a un moteur le but ce n’est pas de le brider mais de permettre à la machine d’avancer."

Sylvie Goulard a été rémunérée par un think tank à hauteur de 10 000 euros par mois pendant deux ans : "La transparence avait été totale, estime Nathalie Loiseau. Les montants ont choqué. Aujourd’hui, il y a des choses qui ne sont plus acceptées dans l’opinion même quand elles sont légales. Il y a une exigence d’exemplarité que je comprends et qu’il faut savoir prendre en compte."